La Wallonie va-t-elle taxer les véhicules étrangers ?

Au moment où la taxe kilométrique pour les véhicules légers refait parler d’elle, surtout au nord du pays, la Wallonie prépare ses armes. On sait que les politiques wallons sont opposés à la taxe kilométrique.

Le ministre en charge de la Mobilité en Wallonie, Carlo di Antonio (cdH), a préparé une note sur une vignette automobile forfaitaire pour les véhicules légers. « Il est inenvisageable d’instaurer le prélèvement kilométrique en Wallonie, vu notre configuration géographique », entame Carlo di Antonio. Il est préférable de décrocher un accord avec les autres Régions pour lancer une vignette. Mais sans accord, on le fera seul. »

De quoi s’agit-il ?

Toute personne circulant sur les routes wallonnes devrait s’acquitter d’une taxe (sous forme de vignette). Pour les Wallons, le montant de cette vignette serait compensé par une baisse (d’un montant équivalent) de la taxe de mise en circulation. Seuls les véhicules étrangers paieraient finalement cette taxe. « Il n’est pas normal que les véhicules légers étrangers ne paient rien sur notre territoire alors que les Wallons paient pour rouler en France, en Suisse et bientôt en Allemagne », s’est exprimé Carlo di Antonio.

Selon le ministre wallon, cette mesure pourrait rapporter annuellement quelque 150 millions d’euros par an, partant du principe que cette vignette coûterait 40 euros et qu’il y a 3 à 4 millions de véhicules étrangers qui traversent la Wallonie chaque année.

Quand ?

Evidemment, il va falloir trouver un mécanisme de compensation pour les Wallons. « L’Europe a validé le système allemand qui compense le coût de la vignette pour les véhicules allemands. Nous pourrions les copier », a expliqué Carlo di Antonio.

Le plus compliqué, sans doute, ce sera de parvenir à un accord au sein du gouvernement wallon PS-cdH sur la réforme fiscale qui semble crisper les esprits. Or, la réforme de la fiscalité automobile (que le ministre du Budget, Christophe Lacroix – PS, nous promet depuis plus d’un an) s’intègrera dans cette vaste réforme de la fiscalité globale. Et là, on n’y est pas encore…