Paul de Gheldere, FLEET Mobility Manager of the Year 2018

Après Tim Blanckaert (Securex), Valérie Barratt (bpost) et Jurgen De Permentier (Eandis), c’est Paul de Gheldere (NETiKA) qui est élu FLEET Mobility Manager of the Year. Une façon de récompenser l’intelligence de la solution complète de mobilité durable développée par l’entreprise wavrienne spécialisée dans l’édition de logiciels et la prestation de services en informatique.

Il y a 5 ans, NETiKA construisait ses nouveaux bâtiments en adoptant une démarche écologique, se refusant à installer un système de chauffage conventionnel (au gaz ou au mazout), pour privilégier l’utilisation de trois ressources disponibles : la chaleur dégagée par ses serveurs, la géothermie, et l’énergie solaire.

Qu’est-ce que cela à avoir avec la mobilité, direz-vous ? On y vient…

Flotte hybride et électrique

NETiKA a remplacé sa flotte d’une trentaine de voitures diesel par une flotte de 27 BMW 225xe Active Tourer (plug-in hybrides) et quatre BMW i3 (100% électriques).

« Notre nouvelle installation photovoltaïque (100 kWc) recharge chaque jour notre flotte », explique Paul de Gheldere, CEO de NETiKA Group. « Chaque conducteur d’une voiture plug-in hybride reçoit donc quotidiennement une recharge complète de sa batterie, lui permettant d’effectuer 32 km réels grâce au soleil. Si l’on se base sur un total de 220 jours de charge par an au bureau (ou une recharge à la maison pour ceux qui ne passent pas au bureau), cela représente donc 7.040 km propulsés pour chacun grâce au solaire, avec une pollution directe de zéro gramme de CO2. Sur base d’une moyenne de 25.000 km par an et par conducteur, cela représente donc 28% roulés sans aucune pollution liée aux gaz d’échappement. Cela fait même 35% des trajets de ceux qui roulent 20.000 km /an. Ce pourcentage est encore plus élevé, pouvant dépasser les 50%, pour ceux qui rechargent de jour au bureau ainsi que le soir à la maison, ainsi que ceux qui effectuent moins de kilomètres. »

Totem de recharge

Les conducteurs étant majoritairement sédentaires (8h/jour au bureau), il ne sert à rien de vouloir les charger rapidement via un petit nombre de bornes puissantes.

Paul de Gheldere : « D’une part cela fera prendre des risques à l’installation électrique, puisque la puissance disponible n’est pas illimitée dans les PME. Ensuite, les bornes puissantes (dites « intelligentes ») demandent à chaque conducteur de communiquer avec la borne ; ce qui sera une contrainte lorsqu’il faudra le faire chaque matin (parfois sous la pluie ou la neige), tandis que le conducteur verra comme une punition de devoir dérouler son propre câble de recharge, puis se salir la mains le soir pour le remettre dans son coffre. Enfin, chaque conducteur étant une source de rentabilité de l’entreprise, il serait dommage de devoir demander à tous les conducteurs de jouer ‘chaise musicale’ autour de quelques rares bornes disponibles. »

NEOFLEET

Pour solutionner ces contraintes, NETiKA a donc développé une solution software (NEOFLEET) et un totem de recharge.

Le totem de recharge permet d’embarquer deux chargeurs « lents » (fournis à très bon prix par les constructeurs), offrant une double borne de recharge pour moins de 50% du prix des doubles bornes traditionelles.

« Cela permet, pour un même prix total, de faire placer autant de bornes de recharge que de voitures électriques, de ne plus demander aux conducteurs de se sâlir les mains, car le câble est présent sur la borne et de réduire au maximum le temps passé sous la pluie, puisque c’est une fois à l’intérieur, sur une des tablettes présentes à l’accueil, ou sur son smartphone, que le conducteur exprimera son besoin électrique, et verra alors sa demande planifiée au mieux des intérêts de tous (en tenant compte par exemple des prévisions d’ensoleillement attendus). »

Solution complète

Tout a été pensé dans le développement de NEOFLEET. En cas d’oubli par le conducteur, le software NEOFLEET lui envoie un rappel. Si la demande d’un utilisateur change, le système recalculera le planning à la demande. Si un visiteur externe demande de bénéficier d’une charge importante ou rapide, l’accueil pourra visualiser l’impact de ce changement sur le planning avant de décider de démarrer cette nouvelle recharge.

« NEOFLEET gère aussi le remboursement de frais engagés par le personnel lors de recharges à domicile ou sur la route, les consignes de charge en fonction des trajets que vont effectuer les utilisateurs (ville, autoroute …), le TCO de chaque conducteur et voiture et son comportement. »

Bref, des logiciels comme NEOFLEET auraient pu empêcher, face à un gouvernement attentif et à l’écoute, de sanctionner fiscalement les hybrides rechargeables. Car avec NEOFLEET, il est possible de fournir des rapports précis des recharges effectuées sur une certaine période. Il était alors possible de sanctionner le comportement des conducteurs ne daignant pas recharger leur hybride, plutôt que les véhicules eux-mêmes…