12% des garages étaient virtuellement en faillite avant la crise

Les économistes le disent : l’impact économique de la crise connaîtra deux étapes : d’abord le manque de liquidités – de par l’arrêt des activités commerciales – pour faire face aux paiements immédiats, ensuite la solvabilité se trouvera fragilisée au moment de relancer la machine, alors que c’est elle qui conditionnera la capacité d’une entreprise à emprunter ou à rembourser. Sur ces points-là, la situation des garages et concessions est assez inégale, nous apprend Trends Business Information.

A la demande de la rédaction de FLEET.be, Trends Business Information a soumis le secteur des garages et concessions à un test de résistance sur leur solvabilité, histoire de mesurer l’impact de l’arrêt (quasi) complet des activités pendant ces six dernières semaines.

« Pour le secteur des garages et concessions, 4.505 bilans 2018 ou 2019 sont disponibles », nous dit Pascal Flisch, Research & Development chez Roularta Media Group, dont fait partie Trends Business Information. « Mais 4.241 de ces entreprises sont encore actives aujourd’hui dans ce secteur qui en comporte 9.272 au total. » Ces 4.241 entreprises constituent la base de l’analyse.

« 7% passés en perte depuis le 18 mars 2020 »

Ces bilans nous apprennent qu’un tiers des garages/concessions (1.413) étaient en perte selon leur dernier bilan. On connaît en effet la difficulté du secteur à réaliser des bénéfices.

« Depuis le début des mesures de confinement, le 18 mars dernier, 304 entreprises (7,17%) ont déjà franchi le seuil de passage en perte pour toute l’année. Si les mesures venaient à se prolonger, 151 autres (3,56%) passeront en perte en mai et 257 (6,05%) en juin. »

Trends Business Information a ensuite analysé la situation du secteur quant aux franchissements de seuils critiques de solvabilité.

Le seuil des 25%

Une société avec une solvabilité d’au moins 25% est solvable. Plus d’une entreprise sur trois (1.315 – 31%) avaient une solvabilité positive au départ du confinement, mais inférieure à ces 25%.

Elles étaient néanmoins 2.213 entreprises à atteindre ce seuil. « Aujourd’hui, après 6 semaines de confinement, 33 de ces 2.213 entreprises, sont passées en-dessous du seuil », constate Pascal Flisch. « Et si le mesures devaient se prolonger, 30 autres entreprises passeraient sous ce seuil en mai et 31 en juin. »

Le seuil des 15%

Avant les mesures de confinement, 772 entreprises (18,20%) avaient une solvabilité positive, mais inférieure à 15% selon leur dernier bilan. « Ce seuil constitue pourtant une zone de fragilité dangereuse. Depuis le début du confinement, 35 entreprises ont pourtant basculé sous ce seuil. Si l’activité ne reprend pas, elles seront 28 à passer sous ce seuil des 15% en mai et 28 autres en juin. »

Le seuil de 0%

« La situation des entreprises qui franchissent ce seuil est évidement dramatique. Elles se retrouvent en effet en faillite virtuelle, avec plus de dettes que d’actifs », martèle notre interlocuteur.

Or, le test de résistance indique que 493 entreprises (11,62%) étaient en solvabilité négative selon leur dernier bilan. Avant la crise du Covid-19, donc…

Et le représentant de Trends Business Information d’ajouter : « 40 sociétés, qui étaient déjà en situation délicate, sont passées sous ce seuil durant les premières semaines de confinement. 28 le feront en mai et 27 en juin si l’activité ne peut reprendre avant ».

Ces chiffres ne font que conforter ce que nous pensions déjà savoir : de nombreuses (petites) entreprises du secteur vont sortir extrêmement fragilisées de cette crise. « Mais comme il y a aussi pas mal d’entreprises solides, il y a fort à parier que la concentration autour de grosses PME va encore s’accélérer dans les mois et années à venir », conclut Pascal Flisch.

#Fleet Dealers

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

FLEET Dealers FLEET Sector FLEET.TV EV Overview
Trending