Amendes directement aux conducteurs : L’AFFM dit non !

flashLors du traditionnel Renta Happening fut inaugurée la plateforme de gestion des amendes (Fines Management Services) qui permettra désormais d’envoyer les PV de la Police (dans un premier temps) au chauffeur directement, sans passer par la société de leasing ou de location, ni par l’employeur.

« Civilement responsables »

Des représentants de l’Association Francophone des Fleet Managers (AFFM) – composée de 55 entreprises, disposant d’un parc total de quelque 30.000 véhicules – étaient présents à cet événement. « Nous regrettons que la corporation des gestionnaires de parc automobile n’ait manifestement pas été conviée aux discussions en amont du développement de cette plateforme) », entame Jean-Marie Lejeune, président de l’AFFM. Et ce, pour diverses raisons. « On nous demande, par exemple, de faire de la prévention en termes de sécurité routière. Les contraventions que nous recevions des sociétés de leasing constituaient l’un des rares outils permettant de déceler certains comportements au volant. Désormais, nous ne contrôlerons plus rien. » Jean-Marie Lejeune ajoute ceci : « La gestion des amendes au sein des sociétés de leasing leur coûte peut-être beaucoup d’argent. Mais c’est compris dans le prix de location que nous payons ! »

Et le vice-président de l’AFFM, Frédéric Bastin, d’embrayer : « C’est assez aberrant, puisque l’employeur reste civilement responsable de ce qui pourrait se produire pendant les heures de travail, y compris sur la route. »

Quid des voitures de pool ?

L’AFFM a mis le doigt sur des problèmes que pourraient engendrer cette plateforme. Parmi ceux-ci, la gestion des véhicules de pool ou, par exemple, des camionnettes qui sont attribuées à plusieurs chauffeurs. « A qui sera envoyé le PV ? », s’interroge-t-on du côté de l’AFFM.

Tant Renta que le cabinet de Jacqueline Galant, Ministre fédérale de la Mobilité et partie prenante du projet, semblent bien conscients des difficultés engendrées par ces véhicules de pool ou à multiples conducteurs. La réponse est identique des deux côtés : « Cela fait partie des développements à venir de la plateforme, au même titre que les invitations à payer dressées par les sociétés de gestion de parking par exemple ».

Du côté du cabinet de la Ministre de la Mobilité, on réfléchit manifestement à plusieurs pistes, dont celle d’intégrer un système de « time management » à la plateforme. Une sorte d’agenda que les fleetowners rempliraient au fur et à mesure, supposons-nous. Mais rien n’est décidé. Et, avant que la décision ne soit prise, il est fort probable que la mesure sera d’abord testée au sein de certains SPF.

 

 

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !