Andreas Cremer succède à Luc Bontemps en tant que CEO de Febiac

Andreas Cremer

Andreas Cremer sera le nouveau CEO de la Fédération belge et luxembourgeoise de l’Automobile et du Cycle (FEBIAC) à compter du 1er novembre 2020. Ce Belge germanophone de 50 ans succède à Luc Bontemps, qui occupe ce poste depuis janvier 1999.

Andreas Cremer est actif dans l’industrie automobile depuis 2008, plus récemment en tant que Secrétaire général de l’usine d’assemblage d’automobiles « Audi Brussels ».

Âgé de 64 ans, Luc Bontemps a exprimé le souhait de faire valoir ses droits à retraite l’année prochaine et, dès l’automne, il cèdera à son successeur la direction de la Fédération.

Actuel Président de FEBIAC, Philippe Dehennin, se réjouit de la décision du comité de recrutement: « Andreas Cremer jouit d’un haut degré d’acceptation auprès des membres de FEBIAC. Fort de son expérience professionnelle et avec l’aide d’une équipe d’experts très éclairés, le nouveau CEO se mettra au service de tout le secteur pour façonner activement l’avenir de la mobilité en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg ».

Par la même occasion, Philippe Dehennin n’a pas manqué de remercier l’actuel CEO, Luc Bontemps : « Pendant 21 ans il a dirigé FEBIAC avec beaucoup de succès en construisant un large réseau avec des partenaires importants de la société, du monde politique ou économique et en initiant des changements importants. Fervent défenseur du libre choix par chacun de sa solution de mobilité, Luc Bontemps a notamment ouvert les portes de la fédération aux acteurs de la nouvelle mobilité. Pour ces aboutissements, je tiens à le remercier expressément au nom de toute notre équipe ».

Luc Bontemps

L’une des principales pierres angulaires de la stratégie de FEBIAC réside dans l’avènement d’une nouvelle ère de mobilité « intelligente », dans laquelle la protection de l’environnement, les besoins de mobilité des différents types d’usagers et la compétitivité du secteur occupent une place centrale.

Selon le Président de FEBIAC, le futur CEO et son équipe continueront à mettre en équilibre l’écologie et l’économie et n’entendent pas privilégier un recours au « tout à la voiture ». « La relance économique, sociale et écologique passe par la voiture, les deux-roues motorisés ou non et le transport public urbain, renforcés pour les axes lourds par le rail », conclut le Président de FEBIAC.

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Tags: Auto