Bultaco séduit les amateurs de « Speed Pedelecs »

Éviter les embouteillages et le stress qui va avec ? Bouger plus et réaliser le trajet domicile-lieu de travail de manière plus saine ? Pour de nombreux Belges, c’est déjà une réalité. Les vélos électriques et plus encore les « Speed Pedelecs », les vélos électriques rapides, constituent une solution à part entière pour remplacer la voiture. D’origine espagnole, le Bultaco Brinco possède bien des atouts pour convaincre les navetteurs.

Les fans de motos (sportives) connaissent très bien Bultaco. Dans les années 1960 et 1970, la marque s’est bâti une solide réputation avec ses motos tout-terrain à moteur deux-temps. En trial, Bultaco est un nom légendaire. La marque espagnole est aujourd’hui de retour sur le marché. Et Bultaco reste synonyme d’innovation technologique, de caractère et de sportivité. Par contre, ses produits ont fait un virage à 180 degrés !

Des e-MTB à l’allure citadine
Le Bultaco Brinco, c’est en quelque sorte un vélo électrique sportif dopé aux stéroïdes. Chez Bultaco, on ose même parler de ‘moto-bike’. Un savant mélange entre un vélo et une moto. En effet, le Bultaco Brinco combine le pédalage comme un vélo classique tout en étant équipé d’une poignée d’accélérateur que l’utilisateur contrôle de manière indépendante. Dans la pratique, le Brinco s’inscrit dans la catégorie des « Speed Pedelecs ». L’utilisateur doit donc porter un casque. Le Brinco doit aussi être immatriculé et arborer une plaque. Sa vitesse maximale est de 45 km/h, comme les autres Speed Pedelecs.
Même si Bultaco n’est plus actif (pour le moment) en compétition, l’ADN de la marque reste empreint de robustesse, de sportivité et même d’un peu d’exclusivité. Le Brinco R, le premier modèle apparu dans la gamme moderne de Bultaco, est un engin polyvalent, mais pas homologué, qui se montre très efficace sur les terrains les plus accidentés. Les vététistes comme les motards trouveront leur bonheur avec ce petit bijou de technologie. Les Brinco se distinguent d’ailleurs par leur qualité de fabrication et le niveau de plaisir qu’ils offrent. Très performant, le Brinco R a inspiré l’actuelle gamme de quatre modèles. Nous avons testé la version routière la plus accessible, le Brinco S.

Pédaler et accélérer
En raison de ses spécificités techniques, le Brinco est assez différent des autres ‘supervélos électriques’. Et pas seulement pour son moteur. Avant d’entamer l’essai de ce Bultaco Brinco S, le modèle citadin de la gamme, Stefan Peetermans, représentant de l’importateur E-Wheels, nous donne quelques explications : « Par rapport à un vélo normal ou d’autres Speed Pedelecs, la grande différence provient des suspensions. Vous allez voir qu’elles sont capables d’avaler toutes les irrégularités. » Prometteur.

Alors que l’assistance au pédalage se fait quasiment de manière imperceptible sur les autres Speed Pedelecs, le Bultaco Brinco réclame un petit délai d’adaptation. Pédaler tout en actionnant le levier d’accélérateur, il faut s’y habituer. Mais après une petite demi-heure, vous serez parfaitement à l’aise avec le système. La réactivité de l’accélérateur est excellente. La sensation de puissance est plus présente qu’avec un Speed Pedelec classique. Mais le Bultaco Brinco S est avec ses 42 kg aussi sensiblement plus lourd qu’un vélo normal. Ou même que les autres vélos électriques. Et lors des manœuvres à basse vitesse, ce poids se ressent. Mais par rapport au scooter de 50cc le plus basique, ce Bultaco est un poids-plume. Sur la piste cyclable ‘rapide’ entre Malines et Anvers, le Brinco S file comme un train.


« Honnêtement, je dois reconnaître que j’étais a priori plutôt sceptique quant au concept même du Bultaco Brinco. Dans la pratique, la configuration hybride mêlant pédalage et accélérateur à la main se montre vraiment efficace. L’utilisateur a bien plus de contrôle que sur n’importe quel vélo électrique. Et quand vous le souhaitez, vous pouvez vous prendre pour Greg Van Avermaet ou Chris Froome… L’accélération est impressionnante ! Pouvoir atteindre sa destination sans être en sueur est vraiment très agréable. C’est d’ailleurs le fondement même de la philosophie de Bultaco : ‘Rock your Day’, une dose de fun au quotidien. »

Le Range Rover des Speed Pedelecs

Le Bultaco Brinco est également hors-catégorie au niveau de sa partie cycle. L’automobiliste moyen se sentira directement à l’aise. Ses suspensions offrent un débattement de 130 mm à l’avant et 150 mm à l’arrière. Elles mettent en confiance et, avec le puissant système de freinage, génèrent un sentiment de sécurité. Un peu comme si vous étiez aux commandes d’une petite voiture. La comparaison n’est pas si folle que ça puisqu’avec son cadre robuste et son caractère tout-terrain, le Brinco est en quelque sorte le Range Rover de sa catégorie. Et vu l’état souvent lamentable de nos routes, ce comportement prévisible est un énorme atout pour le Brinco S. Même sous la pluie lors de notre deuxième trajet autour de Leuven, notre Bultaco s’est montré irréprochable.

Au niveau de l’autonomie, le fabricant annonce respectivement 50 kilomètres en mode Sport (la configuration la plus puissante), 75 kilomètres en mode Tour et 100 kilomètres en Eco. Au premier abord, ces chiffres sont assez réalistes. Évidemment, cette autonomie dépend aussi beaucoup de l’intensité de l’utilisation, de la fréquence de pédalage et de l’expérience de l’utilisateur. Le Bultaco Brinco S peut compter sur un équipement complet. En plus d’une selle confortable, il dispose d’un écran électronique multifonctions, de pneus slicks Schwalbe Apple, d’un phare de 750 lumen, d’un feu arrière stop à LED, de grands garde-boues, d’une béquille et même d’un rétroviseur. Son prix : 6.150 euros, TVA comprise.

Nouveau Brinco C : plus complet que jamais
Entre le non-homologué Brinco R, le Brinco RE (homologué) et le Brinco S, on retrouve aussi la nouvelle version du Brinco C. Ce modèle est également homologué et combine les spécificités du Brinco S et de ses homologues plus extrêmes. Équipé de pneus à crampons et doté d’un style plus baroudeur, le Brinco C est le camarade de jeu idéal pour ceux qui veulent rouler aussi parfois sur les chemins de terre. Si Bultaco peut séduire un public large, c’est avec ce Brinco C. « Par rapport au Brinco R et au RE, la selle est plus basse. Et au niveau de l’ergonomie, il se révèle plus confortable que les versions plus extrêmes. Il est aussi parfaitement adapté à tous les âges et tous les types d’utilisateurs », explique Stefan Peetermans.

Le Brinco C est disponible dans le réseau Bultaco au prix de 5.950 euros.

Plus d’infos sur http://bultacobenelux.com/

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !