Ce ne serait pas un mythe : les véhicules électriques produiraient moins de CO2

“Plugfest E-Mobility” at Audi Brussels

Les véhicules électriques (VE) produisent moins de CO2 sur toute leur durée de vie que les modèles à moteur à combustion interne (ICE). Et ce, même en tenant compte de la production d’électricité et de l’approvisionnement en matériaux.

Des scientifiques des universités d’Exeter, de Nijmegen et de Cambridge ont analysé le cycle de vie du marché des véhicules électriques et du chauffage domestique, deux des secteurs les plus gourmands en électricité.

Leurs conclusions publiées dans Nature Sustainability sont claires : l’économie de CO2 existe bel et bien dans 95% du monde par rapport aux voitures conventionnelles et au chauffage à base de combustibles fossiles. Les seules exceptions sont les pays fortement dépendants du charbon, comme la Pologne.

Les émissions moyennes des voitures électriques sur toute leur durée de vie sont jusqu’à 70 % inférieures à celles des voitures à essence dans des pays comme la Suède et la France (qui tirent la majeure partie de leur électricité des énergies renouvelables et du nucléaire), et environ 30 % inférieures au Royaume-Uni.

« L’idée que les véhicules électriques ou les pompes à chaleur électriques puissent augmenter les émissions est essentiellement un mythe », conclut l’auteur principal Florian Knobloch, de l’université de Nijmegen aux Pays-Bas.

80 tonnes de CO2 économisés à kilométrages élevés ?

Une autre étude (moins neutre ?) est sortie en même temps. Elle émane du lobbyiste Transport & Environnement (T&E) qui a constaté qu’une voiture électrique moyenne de l’UE vendue en 2020 émet environ 90 g d’équivalent CO2e/km sur toute sa durée de vie, contre 234 g pour une voiture diesel et 253 g pour une voiture à essence. Sont ici comprises les émissions produites en amont, c’est-à-dire dans le processus de fabrication du véhicule.

En fait, selon T&E, les VE surpassent le diesel et l’essence dans tous les scénarios, même sur les réseaux à forte intensité de carbone comme celui de la Pologne, où ils sont environ 30 % plus performants que les voitures classiques. Dans le meilleur des cas (un VE fonctionnant à l’énergie propre avec une batterie produite avec de l’électricité propre), les VE sont environ cinq fois plus propres que leurs équivalents conventionnels.

T&E conclut comme suit : « Les VE remboursent leur ‘dette carbone’ grâce à la production de la batterie après un peu plus d’un an et économisent plus de 30 tonnes de CO2 sur leur durée de vie par rapport à un équivalent conventionnel. Les véhicules qui parcourent un kilométrage élevé économisent jusqu’à 85 tonnes sur leur durée de vie (par rapport au diesel) ».

#Auto

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

FLEET Dealers FLEET Sector FLEET.TV EV Overview
Trending