Chers ministres wallons, ne dites pas tout et son contraire !

Chers ministres wallons,

De votre citadelle de Namur, vous voulez réduire la part modale des voitures individuelles d’un tiers d’ici 2030. J’ai envie de vous dire, en ce vendredi 13, bonne m… Et surtout, grand bien vous fasse !

Vous entendez favoriser le CNG, l’électricité, l’hydrogène et l’hybride. Super nouvelle ! J’applaudis des deux mains ! Et même des deux pieds, si ça peut vous motiver encore davantage à aller dans cette voie.

Vous voulez revoir le régime fiscal automobile. Encore une bonne nouvelle ! Le système archaïque auquel personne n’a vraiment osé toucher depuis des décennies a provoqué un sérieux vieillissement du parc wallon. Celui-ci est passé de 7,5 ans d’âge moyen à neuf ans en une décennie.

C’est donc, a priori, avec un certain soulagement que les automobilistes auraient pu prendre la nouvelle, espérant sans doute acheter un véhicule moins polluant et payer moins de taxe comme c’est le cas en Flandre.

Le niveau d’émissions CO2 sera pris en compte. Hourra ! Sauf que…

Sauf que ce n’est pas la seule voie (avec éventuellement celle de la norme de dépollution Euro) que vous avez décidé de prendre. Non ! Vous allez nous sortir de votre chapeau un ratio masse/puissance.

Ainsi les voitures les plus puissantes et les plus lourdes (et donc, selon vous, plus polluantes) seront fiscalement sanctionnées.

Bien sûr, on vous voit venir : vous voulez bannir les SUV. Même si ces SUV sont probablement plus performant d’un point de vue environnemental que ces véhicules neuf ans ou plus que vos prédécesseurs ont contribué à laisser sur la route…

Mais ne ratez pas votre cible. Car sans doute ne le savez-vous pas, mais les voitures propres que vous souhaitez favoriser, elles sont souvent (bien) plus lourdes que leurs équivalents thermiques que vous voulez bannir…

Sur ce, bonne route jusqu’en 2024, chers ministres wallons !

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !