Claire D’Haese (Mercedes-Benz/smart) : « Le fleet manager a surtout un rôle consultatif »

À la question « N’est-il pas temps d’avoir une FLEET Manager of the Year ?”, Claire D’Haese, fidèle à Mercedes-Benz et smart depuis près de 18 ans – dont 2,5 en tant que fleet manager – répond en souriant : « Il est temps, en effet ». Comme Claire, la marque à l’étoile est prête pour l’avenir grâce à une vaste gamme de moteurs, avec une attention particulière portée aux modes de propulsion alternatifs.

Selon vous, quel sera l’impact de la nouvelle fiscalité de 2020 sur le marché fleet ?

Avec la nouvelle formule de déductibilité, nous nous attendons à un transfert vers d’autres variantes de moteurs émettant moins de CO2. Sur le marché belge des flottes, nous assisterons également à une poursuite de l’électrification, celle-ci comprenant les véhicules hybrides rechargeables.

Vous considérez-vous plutôt comme Fleet Manager ou Mobility Manager ?

“What’s in a name ?” Sur ma carte de visite figure ‘manager fleet and corporate sales’, mais c’est chez nos clients qu’il faut chercher les vrais fleet et mobility managers. Chaque jour, ils doivent combiner les besoins des RH, de la finance, de la fiscalité, les objectifs entrepreneuriaux en matière de CO2 et les souhaits des conducteurs en un package de mobilité cohérent. Nous avons plutôt un rôle consultatif à leur égard. Si, autrefois, il était simplement question de matériel – la voiture –, aujourd’hui, il s’agit aussi des moteurs. Quel moteur pour quelle utilisation ? Il est également question de connectivité, et qu’en est-il du shared car pooling ? Et des innovations à venir ? Les piles à combustible, la conduite autonome… ? Nous devons conseiller dans ces domaines. Nous ne pouvons pas non plus sous-estimer l’importance des autres parties prenantes. Je pense notamment aux sociétés de leasing. Elles aussi ont aujourd’hui un rôle beaucoup plus large qu’auparavant.

Les particuliers tournent le dos au diesel. Qu’en est-il des flottes ?

Il ressort des statistiques d’immatriculations que sur le marché fleet belge aussi la part du diesel est en baisse, bien que cette part soit toujours la plus élevée. Pour Mercedes-Benz, nous constatons que la part du diesel est nettement supérieure à cette moyenne du marché. Je pense que c’est à mettre sur le compte de nos moteurs diesel modernes qui émettent peu de CO2 et affichent une consommation avantageuse. Notre stratégie consiste à proposer une large gamme de moteurs dont font toujours partie les diesels. Actuellement nous sommes aussi les seuls à combiner technologie hybride rechargeable et diesel. Nous proposons des hybrides rechargeables en version diesel sur les Classe C et Classe E, aussi bien en berline qu’en break et bientôt aussi en SUV, avec une batterie permettant jusqu’à 100 km d’autonomie.

Les voitures autonomes : une bonne idée ou la fin du plaisir au volant ?

La conduite autonome ne signifiera pas nécessairement la fin du plaisir de conduire. Les deux peuvent aller de pair car le conducteur pourra encore et toujours choisir. Mais dans les embouteillages et lors de longs trajets ennuyeux, vous pourrez mieux utiliser votre temps.

Votez ici pour votre/vos fleet manager(s) préféré(s) !