Deloitte : taxer la voiture de société selon sa consommation

Combien de temps passons-nous dans les bouchons ? Que pouvons-nous y faire ? Deloitte apporte des pistes, notamment en termes de fiscalité…

L’état des lieux actuel

De tous les Européens (à l’exception des Britanniques), ce sont les Belges qui perdent le plus de temps dans le trafic, avec en moyenne une semaine de travail par an passée dans les embouteillages (Commission européenne, 2017). Malgré les embouteillages, la voiture reste le moyen de transport préféré des Belges : 61% des trajets et 74% des kilomètres sont effectués en voiture (SPF Mobilité & Transport, 2019). Deloitte plaide donc en faveur d’un nouveau « deal » pour la mobilité.

Sam Sluismans, partner Strategy & Innovation chez Deloitte Belgium : « Le recours intensif à la voiture en Belgique n’est pas surprenant. Les Belges considèrent ce moyen de transport comme le plus fiable, le plus sûr et le plus pratique, note la Global Automotive Consumer Survey 2019 de Deloitte. Par ailleurs, pour 43% des Belges, le principal aspect de la mobilité consiste à arriver à destination le plus rapidement possible. Le coût (20%) et la sécurité (18%) apparaissent moins prioritaires. »

Cinq tendances possibles

Parmi les cinq grandes tendances qui, aux yeux de Deloitte, sont de nature à changer le paysage de la mobilité belge dans les prochaines années, la nouvelle mentalité ne sera plus centrée sur la voiture mais sur l’usager. Aujourd’hui, Deloitte constate que parmi les utilisateurs de voitures avec chauffeur comme le service Uber, une personne sur trois doute de la nécessité de posséder son propre véhicule.


La voiture personnelle cédant la place au transport partagé, 31% des kilomètres parcourus en Belgique seront partagés en 2030. D’après certains indices, les Belges ne verraient plus toujours dans la voiture et les transports publics les moyens de transport par défaut : un Belge sur cinq pratique déjà la multimodalité au moins une fois par semaine.

Avec le développement du numérique, 40% de la population seront des « digital natives » et 100% des véhicules seront connectés en 2030. Les technologies numériques bouleversent la façon dont les gens planifient, réservent et paient leurs déplacements.

Deloitte prévoit aussi un recul progressif du diesel et de l’essence au profit de véhicules électriques. En 2030, près de 20% des voitures particulières seront mues par l’électricité en Belgique.

Un budget mobilité pour tous

Dans son New Deal for Mobility, Deloitte établit des recommandations pour remettre la mobilité belge sur les bons rails.

  • Afin de réduire les embouteillages, l’investissement doit initialement privilégier les zones métropolitaines : le losange flamand (Anvers, Gand, Louvain, Bruxelles) et l’axe wallon (Charleroi, Namur, Liège).
  • L’aménagement de des pôles de mobilité multimodal augmentera de 130% l’utilisation de la mobilité alternative.
  • La création d’un réseau multimodal autour de Bruxelles permettra de réduire de 20.000 le nombre de voitures circulant dans et autour de la capitale. Une diminution de 10% des voitures sur les routes entraîne 40% de réduction des embouteillages.

Le rapport recommande aussi une révision fondamentale de la fiscalité de la mobilité, à la fois du point de vue des recettes et des dépenses.

  • Un budget mobilité pour chaque citoyen : un budget de mobilité durable donnerait à non moins de 5,5 millions de Belges la possibilité d’utiliser les alternatives, alors que le budget mobilité actuel est réservé aux employés bénéficiant d’une voiture de société, soit moins de 500.000 personnes.
  • 8% de toutes les voitures sont des voitures de société et représentent 16% de tous les kilomètres-véhicules. Christian Combes, Deloitte Belgium Technology Eminence Leader : « Il est possible de limiter le nombre de kilomètres via le principe du ‘kilométrage responsable’ : la distance parcourue par 0,5 million de voitures de société peut être réduite de 10% en rendant leurs propriétaires responsables de l’utilisation du véhicule. L’avantage imposable devra aussi tenir compte de la consommation de carburant. »
  • L’écologisation du parc automobile s’accélère à la faveur des incitants fiscaux. Simultanément, il faut réaliser des investissements pour que l’énergie nécessaire soit disponible. « D’après nos prévisions, le nombre de véhicules électriques va augmenter à 1,2 million ou 20% du parc d’ici 2030, ajoute Combes. La disponibilité de l’énergie nécessaire aux heures de pointe constitue un défi majeur. »

8% de toutes les voitures sont des voitures de société et représentent 16% de tous les kilomètres-véhicules.

Mobility Scorecard : où en sommes-nous ?

Parallèlement au rapport, Deloitte présente la Mobility Scorecard, un outil permettant de suivre d’année en année les résultats de la politique de mobilité en Belgique.

Actuellement, 74% des kilomètres sont parcourus en voiture, contre 5% seulement à vélo. Les Belges passent 39 heures par an dans les embouteillages, et le total de nos émissions atteint 26.390 ktonnes d’équivalent CO2.

D’après la « scorecard » de cette année, les consommateurs adoptent de nouvelles habitudes de mobilité : 14% d’entre eux ont fréquemment recours aux alternatives à la voiture. Il existe huit pôles multimodaux en Flandre et cinq en Wallonie. Cela dit, moins d’un pour cent des véhicules belges sont des véhicules électriques sur batterie (BEV) ou des véhicules hybrides rechargeables (PHEV).

Sam Sluismans : « Les CEO, les gouvernements, les fournisseurs de mobilité et le public doivent tous s’impliquer dans la lutte contre les embouteillages, la pollution atmosphérique et le bruit. En renforçant l’attractivité des alternatives, en changeant nos comportements et en optant pour conduire écologique, nous pouvons tous faire une différence. »

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !