Des véhicules électriques dans votre parking souterrain ? Voici les exigences pour votre infrastructure

Dissipons d’abord un cliché : les voitures électriques ne brûlent ni plus ni moins que les voitures à moteur à combustion. Cependant, un incendie de véhicule électrique présente certaines caractéristiques spécifiques qui le rendent plus difficile à éteindre, comme la composition de la batterie qui provoque un incendie plus grave ou ce qu’on appelle « l’emballement thermique ».

Ce dernier est défini comme un état critique qui se produit pendant la charge à tension constante, où le courant et la température de la batterie provoquent un effet cumulatif, se renforçant mutuellement, qui augmente encore et peut conduire à la destruction de la batterie par inflammation. La gestion de la température de la batterie peut empêcher cela, mais il est très rare que cela se produise, avec un incendie comme conséquence.

C’est pourquoi certains acteurs, notamment du secteur de la prévention des incendies, réclament des mesures supplémentaires afin de prévenir le déclenchement, le développement et la propagation du feu, d’assurer la sécurité des personnes présentes et de faciliter l’intervention des pompiers.

L’attente d’une nouvelle réglementation a été longue, mais depuis la fin de l’année dernière, nous savons qu’une modification de l’arrêté royal du 7 juillet 1994 les normes de base en matière de prévention contre l’incendie et l’explosion auxquels les bâtiments nouveaux doivent satisfaire – en bref, l’arrêté royal « Normes de base en matière d’incendie » – entrera en vigueur. Cet AR contient un certain nombre d’obligations auxquelles votre parking doit se conformer afin d’être considéré comme sûr en matière d’incendie. Les recommandations sont largement basées sur la « Règle de bonne pratique – Sécurité incendie » de l’asbl Fireforum, une organisation sans but lucratif qui s’efforce d’améliorer la sécurité incendie.

De l’inspection du système de chargement au plan de contrôle des fumées

Il y est question, entre autres, de disposer d’une infrastructure de charge agréée conformément au Règlement général sur les installations électriques (RGIE), qui a été élargi pour inclure ces quatre points :

  • Un arrêt d’urgence électrique placé de manière visible et facile à actionner doit être prévu à chaque entrée de parking.
  • Un arrêt d’urgence central doit être installé au poste central de commande et d’exploitation, qui est également relié à la détection de CO et de NO2.
  • Pour éviter que les stations de recharge ne soient touchées, il faut prévoir une protection contre les chocs et/ou installer les stations de recharge à une hauteur suffisante.
  • L’exploitant du parking doit procéder à un contrôle visuel de l’infrastructure de la station de recharge tous les 3 mois.

L’AR se concentre également sur la détection des incendies et le contrôle actif de la fumée. Dès que les véhicules électriques sont autorisés dans le parking (stationnement ou recharge), une étude de ventilation doit être réalisée dans les parkings existants par un bureau d’études ou une société spécialisée.  Sur la base de cette étude, une solution de ventilation sera mise en œuvre pour garantir la réalisation des objectifs.

Enfin, les mesures techniques et organisationnelles nécessaires doivent être prises pour garantir qu’un véhicule électrique touché par un incendie puisse être évacué en toute sécurité après une première extinction par les pompiers. Comme un EV qui a pris feu a une batterie instable, l’évacuation par un ascenseur serait dangereuse. Donc, dans l’esprit de la loi les parkings qui ne sont accessibles que par un ascenseur ne devraient pas accueillir d’EV, mais cela n’a pas encore été clarifié.

L’absence de cadre juridique pour ces questions est un sujet que nous explorons dans notre enquête en coopération avec AON Belgium. L’avez-vous déjà remplie ? Cela ne prend que 4 minutes !

#Fleet Management

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

FLEET Dealers FLEET Sector FLEET.TV EV Overview
Trending