Dossier Diesel (1): : la fin d’une époque ?

Depuis des années, et surtout au sein des flottes, le moteur diesel était une valeur sûre. Mais depuis le Dieselgate, la machine s’est enrayée et le diesel a désormais l’opinion publique contre lui. Cette tendance anti-diesel est encore renforcée par les responsables politiques qui prônent une mobilité entièrement électrique et y associent une interdiction du diesel. Mais au-delà de l’argument électoraliste, il est bon de poser un regard objectif sur le diesel d’aujourd’hui. Et à en croire les spécialistes, les meilleurs diesels restent encore à venir…

Bosch est le plus important fournisseur de technologies moteur à l’industrie automobile. Le géant allemand a récemment fait une annonce qui est en grande partie passée sous le radar des médias généralistes. Une nouvelle importante pourtant : les diesels modernes sont bel et bien respectueux de l’environnement et feront encore mieux dans ce domaine à l’avenir.

« Le diesel a un avenir. Aujourd’hui, nous voulons mettre un terme pour de bon au débat sur la fin du diesel. » C’est par ces mots que le Dr. Volkmar Denner, CEO de Bosch, a annoncé lors de la conférence de presse annuelle présentant les résultats financiers de Bosch une avancée majeure dans le domaine de la technologie du moteur diesel.

Une affirmation majeure. Mais Bosch est aussi fournisseur de technologies à l’industrie automobile et donc partie prenante. Faut-il dès lors prendre ces déclarations avec prudence ? Découvrez les explications techniques et jugez par vous-mêmes.

Le silence imposé au grand fautif

Les oxydes d’azote (NOx) sont – avec les particules fines – les grands responsables du malaise actuel autour du diesel. Au niveau des émissions de CO2, le diesel fait mieux que l’essence. Mais les deux premiers paramètres ont un impact direct sur la qualité de l’air au plan local. Et pour de nombreuses personnes, ce sujet est encore plus sensible que le réchauffement de la planète. Le problème des particules étant sous contrôle depuis la norme Euro 5 grâce aux filtres à particules, Bosch s’est donc concentré sur une réduction sensible des NOx.

Depuis 2017, le législateur européen exige que les nouveaux modèles émettent un maximum de 168 milligrammes de NOx par kilomètre selon la norme RDE, qui combine circulation en ville, sur routes régionales et sur autoroutes. Dès 2020, la valeur maximale passera à 120 milligrammes. La nouvelle technologie diesel présentée par Bosch atteint déjà une valeur record de 13 milligrammes par kilomètre en vertu des tests RDE imposés par la loi. Soit dix fois moins que les valeurs limites imposées à partir de 2020. Même lors de trajets en ville très intensifs, où les paramètres de test sont sensiblement supérieurs aux exigences légales, les valeurs réalisées par les véhicules d’essai de Bosch atteignent seulement 40 milligrammes par kilomètre. Les développeurs de Bosch ont ainsi enregistré une avancée technologique majeure au cours de ces derniers mois en combinant une technologie d’injection d’avant-garde, un nouveau système d’air et une gestion thermique intelligente. Selon Bosch, les émissions d’oxydes d’azote peuvent ainsi demeurer sous la valeur limite dans toutes les situations, que le conducteur accélère brusquement ou roule doucement, qu’il gèle ou que l’on soit en plein été, ou que la mesure soit effectuée sur autoroute ou dans la circulation très dense des centres-villes. Une question importante doit être posée : qu’en est-il du CO2 ? Ses valeurs d’émissions vont-elles augmenter avec cette nouvelle technologie ? Selon Bosch, ce n’est pas le cas. Le diesel conserve donc son avantage dans le domaine de la protection climatique.

Intelligence artificielle : objectif zéro émission ?

Au-delà de ce bond en avant sur le plan technologique, le développement du moteur diesel se poursuit. Ainsi, Bosch veut élargir le champ de ses avancées grâce à l’intelligence artificielle. Bosch se rapproche ainsi un peu plus d’un objectif majeur : un moteur à combustion interne zéro émission.  « Nous continuons à croire que le diesel jouera un rôle important dans le mix des motorisations de la mobilité de demain. Jusqu’au déploiement complet de l’électromobilité pour le marché grand public, les moteurs thermiques à ultrahaute efficience resteront indispensables, » affirme Volkmar Denner. L’objectif fixé aux développeurs de Bosch est ambitieux : les nouveaux moteurs diesel et à essence ne pourront plus émettre des particules fines et des oxydes d’azote. Cette posture ne s’accompagne pas encore d’une technologie concrète. Qui sait si cet objectif sera réellement atteint ?

Tags: Auto