Elien Raport (VRT), FLEET Mobility Manager of the Year

Fin 2017, dans le cadre d’un nouveau plan de mobilité, la télévision publique flamande VRT faisait appel à Traject, le bureau conseil spécialisé en mobilité. Une nouvelle fonction était alors créée, celle de Coordinatrice Mobilité. Cette fonction est assumée par Elien Raport. Avec succès, puisqu’elle remporte cette année le titre de FLEET Mobility Manager of the Year 2020 by Europcar Mobility Group.

« L’ambition de la VRT d’adopter une politique de mobilité durable est passée à la vitesse supérieure en raison de la réglementation toujours plus stricte en matière de stationnement dans la Région de Bruxelles-Capitale », explique d’emblée Elien Raport. « L’impact de cette réglementation sur les nouveaux projets de construction réduit d’environ de moitié le nombre de places de stationnement disponibles. » Un ambitieux plan de mobilité a ainsi vu le jour.

S’inscrivant dans le cadre d’une politique globale de développement durable, le plan de mobilité adopté par la VRT intégrait directement deux objectifs majeurs. « D’une part, nous avons l’ambition de réduire de 35% les déplacements en voiture pour les trajets entre le domicile et le lieu de travail. Et d’autre part, nous voulons abaisser de 40% les émissions de CO2 de notre flotte de véhicules », détaille Elien Raport. « En 2018 et 2019, nous avons défini un cadre précis pour les trajets domicile-lieu de travail. Dans les deux années à venir, nous en ferons de même pour les déplacements de service. Et ensuite, nous nous intéresserons aux visiteurs et aux événements. »

Éviter les déplacements

Dans le domaine de la mobilité, la politique de la VRT repose sur trois piliers : éviter les déplacements, favoriser la mobilité durable et verduriser le parc de véhicules. L’ordre est important : « Nous voulons éviter les déplacements en développant le télétravail. Nous avons défini une nouvelle politique en la matière. En principe, chaque collaborateur de la VRT peut travailler cinq jours par semaine de son domicile, à la condition que sa fonction le permette et que des règles précises soient respectées au niveau du travail en équipe. »

L’objectif de cette mesure est clair : doubler à la fois le nombre de télétravailleurs et la fréquence du télétravail. Par ailleurs, la VRT essaye également de développer ses implantations satellites. « Nous désirons utiliser pour cela les bureaux de Radio 2 qui sont implantés dans les centres-villes, mais nous pourrions aussi nous installer dans des bâtiments publics », enchaîne la Coordinatrice Mobilité.

Mobilité durable

Si un déplacement ne peut être évité, le deuxième pilier est alors mis en œuvre au travers de solutions de mobilité durable. « Nous encourageons le transfert modal. Nous avons ainsi déjà consenti beaucoup d’efforts via notre politique en matière de vélo. En avril 2018, nous avons lancé une formule de leasing de vélos. Et elle rencontre un énorme succès », s’enthousiasme Elien Raport.

« Aujourd’hui, cela concerne déjà plus de 350 vélos, dont 25% sont des vélos rapides à assistance électrique. » Des hésitations existaient quant à la possibilité, ou non, de pouvoir choisir ce type de vélo à assistance électrique. « En raison des aspects liés à la sécurité routière, nous étions assez peu favorables à l’idée d’en proposer. Mais la demande était très forte, de même que le potentiel de transfert modal, et nous avons donc finalement décidé de les proposer quand même. Nous couplons cependant à ce choix l’obligation de suivre une formation théorique et pratique au code de la route et à la sécurité routière », confirme Elien Raport.

Au-delà du leasing de vélos, le transfert modal encouragé par la VRT passe aussi par l’utilisation des transports en commun pour les déplacements entre le domicile et le lieu de travail. Ainsi, les abonnements (SNCB, STIB, De Lijn et TEC) sont remboursés à 100%. C’est le cas aussi de l’abonnement B-Parking. « Des campagnes-tests sont également régulièrement menées, comme ‘Prenez goût au train’ avec la SNCB, ‘Les lundis mobiles’ en collaboration avec de Lijn ou la ‘Semaine de la Mobilité’ annuelle », note Elien Raport.

Budget mobilité

Au-delà de ces mesures, la VRT mise pleinement sur la flexibilité et la gestion des déplacements. Un modèle de budget mobilité a ainsi été mis en place pour chacun, qui est combiné à une indemnité vélo. Afin que ce budget mobilité soit clair et attractif, la VRT a récemment développé un outil, baptisé ‘Mijn Dagelijks Vervoer’ (comprenez : ‘Mon Transport Quotidien’), accessible via l’Intranet.

La Coordinatrice Mobilité de la VRT nous montre un petit film expliquant cette campagne, qui met en scène trois personnes, baptisées Sofie, Ronny et Jaak, aux profils de transport différents. « Une fois par an, les collaborateurs peuvent définir un profil personnalisé, ce qui leur permet ensuite de gérer leurs solutions de transport via l’outil ‘Mijn Dagelijks Vervoer’ », explique Elien Raport.

L’entrée en vigueur de ce système ne s’est pas faite sans difficulté, ce qui n’a guère étonné Elien Raport : « Il y a eu des réactions à l’instauration de ce système car pour certains collaborateurs, en raison de leurs fonctions et des régimes de travail qui en découlent, il est quasiment impossible d’opter pour un transfert modal. Il demeure dès lors essentiel pour nous de continuer à miser sur la communication et à évaluer les profils de transport, mais aussi d’élargir notre politique en la matière. »

Verduriser la flotte

Voiture de société. Le terme est tombé. Abordons dès lors le dernier pilier de la politique de mobilité mise sur pied par la VRT : la verdurisation du parc automobile. « Si les déplacements doivent se faire en voiture, nous voulons que ce soit de la manière la plus respectueuse de l’environnement possible », enchaîne Elien Raport avec conviction. « Les véhicules de notre parc sont des voitures de service et des voitures de société ‘classiques’, c’est-à-dire des voitures liées au niveau de fonction. Ces collaborateurs bénéficient d’une voiture d’entreprise avec carte carburant – jusqu’à aujourd’hui illimitée en Belgique – dans le cadre de leur package salarial. »

« Depuis 2018, la VRT permet à ses collaborateurs d’avoir accès à une voiture de société dans le cadre d’un package salarial flexibilisé. Ils peuvent donc choisir entre le salaire brut ou une voiture de société. Cela ne signifie cependant pas que nous les encourageons à venir travailler chaque jour en voiture. Ces voitures de société ne s’accompagnent pas de carte carburant et ces collaborateurs tombent sous le coup du règlement général pour les déplacements entre le domicile et le lieu de travail. Ils choisissent donc annuellement un profil de mobilité durable. »

« Au-delà de cette mesure, la car policy en vigueur pour toutes les voitures personnelles a été revue en profondeur en 2018. Pour favoriser le bien-être en ville et limiter les émissions de particules, nous ne proposons plus de diesel et nous appliquons un Écoscore minimum (NDLR : selon le site ecoscore.be). Actuellement, sa valeur est fixée à 69, mais elle augmente d’une unité chaque année. Si nous utilisons ce score comme référence, c’est simplement parce que la Région de Bruxelles-Capitale et la Flandre font appel à ce même système dans le cadre de leur politique. »

Afin de stimuler pleinement la verdurisation de sa flotte, la VRT a élargi son offre au niveau des marques disponibles, normalement limitées à 8 marques différentes seulement. « Nous avons levé cette restriction pour les véhicules 100 pour cent électriques. Si vous optez pour une voiture électrique (avec un Écoscore de 74 au moins), nous proposons en outre une formule de leasing plus avantageuse », ajoute Elien Raport. « Pour les Zones de Basses Émissions à Bruxelles, Gand et Anvers, c’est une très belle offre. »

Le succès est au rendez-vous, peut-on constater un an et demi plus tard. Dans le cadre du package salarial flexibilisé, 230 collaborateurs ont opté pour une voiture ; 50% disposent d’une motorisation à essence et 50 pour cent font appel à une motorisation de substitution (12% hybride, 15% tout-électrique et 24% CNG). Cette politique réduit-elle le nombre de voitures sur le parking ? Pour la Coordinatrice Mobilité, la réponse n’est pas (encore) tout à fait claire. « Mais il ressort des données concernant les ouvertures et fermetures des barrières du parking du personnel que le nombre de voitures utilisant ce parking continue de baisser », conclut Elien Raport.

#Fleet Management #Mobility

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Trending