Et si le télétravail ne résolvait pas les problèmes de mobilité ?

Le télétravail n’a jamais été aussi à la mode depuis le confinement dû au Covid-19. Tout le monde le présente comme l’une des solutions maîtresses de la mobilité. Le bureau d’études spécialisé dans la mobilité et l’aménagement du territoire Stratec met en garde contre cette idée reçue… La périurbainisation, ça vous parle ?

Après la Deuxième Guerre mondiale, les travailleurs ont pu s’éloigner de leur lieu de travail grâce à la construction d’autoroutes et de lignes ferroviaires (à grande vitesse). C’est ce qu’on appelle le phénomène de périurbanisation.

« Dans cet espace – ni urbain, ni véritablement rural – entre les grandes villes belges, la dépendance à la voiture est devenue inévitable », explique Georges Fuchs, expert en mobilité chez Stratec, à nos confrères de L’Echo. « En fait, les gains de temps d’hier sont les embouteillages d’aujourd’hui. »

Et si le télétravail contribuait à agraver cet éparpillement territorial ?En effet, le travail régulier à domicile pourrait pousser les travailleurs à s’éloigner davantage encore de leur employeur. Les trajets seraient plus longs, certes, mais réalisés moins souvent.

« Voilà qui pourrait encore renforcer la tendance à l’étalement urbain avec davantage de déplacements en termes de kilomètres parcourus et avec des modes de transport pas forcément adaptés aux objectifs environnementaux », ajoute le CEO de Stratec, Louis Duvigneaud, dans les colonnes de L’Echo.

Et il ajoute encore : « En France, on constate déjà un surcroît de demandes pour l’achat de maisons à la campagne depuis la mise en place du confinement ».

Selon les experts de Stratec, il faut rendre les villes plus attractives pour éviter une relocalisation des ménages. « A cet égard, la tarification des déplacements, la réduction des vitesses de circulation et une refonte de la fiscalité sur les voitures de société gardent tout leur sens. »

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Tags: Mobility