FLEET E-Bike of the Year 2018 by VAB: les 11 candidats

Même si les dieux du cyclisme doivent avoir du sang belge dans les veines, notre pays ne cultive pas encore assez le culte du deux-roues, au contraire de nos voisins hollandais. Le baromètre annuel de VAB, l’organisation flamande qui œuvre en faveur de la mobilité, laisse toutefois entrevoir des signes de revirement du côté des navetteurs, surtout depuis que les conducteurs de voiture de société commencent à troquer leur voiture contre un vélo, et plus particulièrement un vélo électrique, plutôt tendance en ce moment. Fin février, FLEET a envoyé son plus grand Flandrien au Sven Nys Cycling Center à Tremelo, où VAB et Effective Media élisaient le tout premier FLEET e-Bike de l’Année.

En ce vendredi matin, 24 février, les dieux du cyclisme n’étaient pas avec nous. Car tandis que le baromètre du vélo de VAB grimpait en flèche, notre thermomètre restait bloqué sur… -3°C. Par un froid où l’automobiliste moyen coincé dans les embouteillages sur la E40 (quasi quotidiennement paralysée) et son postérieur se félicitent d’avoir craqué pour les sièges chauffants, une vingtaine de cyclistes du monde du vélo et du leasing s’étaient donné rendez-vous au Sven Nys Cycling Center à Tremelo pour y élire, avec VAB, le tout premier ‘FLEET E-Bike of the Year’.

“Eté comme hiver, VAB croit fermement au potentiel du vélo électrique dans un contexte de mobilité élargie.” C’est en ces termes que Koen Snoeys, manager B2B, a accueilli les membres du jury au début de la journée dédiée aux essais.

Une conviction que VAB étaye avec des chiffres probants : ces trois dernières années, 44% de la nouvelle génération d’e-bikers a renoncé à la voiture au profit du vélo pour se rendre et rentrer du travail. C’est surtout l’e-bike classique avec assistance au pédalage jusqu’à 25 km/h qui rencontre le plus de suffrages, même si les speed pédélecs (qui peuvent atteindre 45 km/h) font une percée remarquée. Surtout depuis que les utilisateurs ont droit à une indemnité vélo pour leur navette quotidienne.

“Afin de soutenir cette tendance, il nous appartient – en tant que club dédié à la mobilité – d’inciter encore plus d’entreprises à intégrer le vélo électrique dans leurs plans cafétéria et de proposer des solutions multimodales en matière de mobilité », poursuit Koen Snoeys. “Raison pour laquelle, le 29 mars, nous élirons non seulement notre quatrième Vélo de l’Année, mais aussi le premier FLEET e-Bike of the Year. Le monde de l’entreprise a des besoins et des attentes très différentes de ceux d’un client particulier. Tout comme dans le cas d’un leasing opérationnel, les gestionnaires de flotte veulent être déchargés des tracas liés aux entretiens et aux réparations, ainsi que des corvées administratives qui vont avec.”

Dans ce domaine, le secteur du vélo a encore un long chemin à parcourir…

Le secteur manque d’une approche fleet valable

Pendant la journée consacrée aux essais, le 24 février, le jury professionnel – dont votre serviteur – a pu tester les onze vélos électriques participants (jusqu’à 25 km/h) et les juger sur les critères du design, du confort, de la stabilité, de l’autonomie, de la sécurité, etc. En marge des essais pratiques, les membres de jury ont également reçu les résultats d’une enquête menée par VAB sur la politique fleet et les niveaux d’entretien des différents constructeurs de vélo.

Pratiquent-ils un tarif forfaitaire pour l’entretien ordinaire ? Travaillent-ils avec des contrats ‘buy back’ ? Le fabricant prévoit-il un vélo de remplacement, et si oui, pendant combien de temps ? Autant de questions essentielles pour un gestionnaire de flotte… auxquelles le secteur ne semble pas encore avoir de réponse toute prête. Cette réalité n’est pas seulement le fait des fabricants étrangers. ‘Nos’ marques de vélo belges semblent aussi avoir encore pas mal de chemin à faire sur ce plan-là.

Différences de qualité

Un autre constat porte sur la technologie, qui apparaît de plus en plus au point. Là où jadis, certains vélos (surtout ceux équipés d’un moteur sur la roue avant) affichaient encore des réactions hasardeuses, voire dangereuses, nous remarquons aujourd’hui que sur les onze vélos participants, quasi tous disposent d’une architecture à moteur central, bien mise au point et d’une réactivité naturelle. En termes de rigidité, de facilité et d’autonomie, les écarts nous semblent encore grands, un sentiment confirmé par les tests de durée objectifs du jury professionnel (la rédaction de l’éditeur spécialisé Oversize, ndlr). Le nom du vainqueur final sera dévoilé le 29 mars lors de la remise de prix officielle qui se déroulera au siège de VAB à Zwijndrecht.

Les 11 candidats

Delphi E-Deliver
Gazelle Vento C7 HMB
Giant Explore E+1
Haibike Sduro Trekking 6,0
Kalkhoff Berleen – Advance G10
Kettler Traveller E Gold pro
Oxford Box 11
Thompson Fuse 2018
Trek LM2+
Velo de Ville AEB800 Belt
Venturelli S-motive Sport
Winroa Sinus IX11 Urban

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !