FLEET Research, partie 3 | Miel Horsten (ALD Automotive) : « L’industrie a de belles années devant elle… si elle s’adapte »

Troisième volet de l’étude menée par la rédaction de FLEET.be sur l’évolution des ventes automobiles d’ici 2030, avec Miel Horsten. Il a dirigé ALD Automotive Belgique pendant huit ans. Et depuis le début de l’année dernière, il occupe un poste international en tant que Group Regional Director ALD Automotive. Miel Horsten est la personne idéale pour donner sa vision des marchés belge et international et des tendances qu’il perçoit.

Comment se comporte le marché belge face à l’électrification ?

MH : « Depuis l’été 2020, nous avons constaté une forte accélération du verdissement du parc automobile belge en raison de la popularité croissante des véhicules hybrides et électriques. Chez ALD, nous pensons que cette tendance va se poursuivre. La preuve : au premier semestre 2021, les VE et les hybrides représentaient près de 40% des immatriculations chez ALD. Celles des VE purs sont encore un peu retardées en raison du retard de livraison de certains véhicules, mais je m’attends à ce que le nombre de VE triple dans la flotte en 2021. L’industrie a de très belles et passionnantes années devant elle … du moins, ceux qui peuvent et veulent s’adapter à un monde nouveau. »

FLEET Study 2021 FR

Et quelles sont vos attentes pour les années à venir ?

MH : « La tendance à l’électrification se poursuivra à l’avenir pour un certain nombre de raisons. La gamme de modèles des principaux constructeurs continue de s’étendre rapidement et l’infrastructure pour les VE s’améliore très vite. Les gestionnaires de flotte ont presque tous changé d’avis sur le TCO et envisagent la gestion de leur flotte de manière plus rationnelle, généralement en faveur des voitures vertes. Ce qui joue également un rôle : la responsabilité sociale des entreprises n’est plus une obligation pour les entreprises ou un coup marketing, mais est devenue une activité essentielle. Sans une politique de RSE bien pensée, les clients et les jeunes employés talentueux restent tout simplement à l’écart. Cela se traduit également dans la gestion de la flotte. »

Comment voyez-vous le passage à l’électrique que font de plus en plus de constructeurs ?

MH : « Nous avons constaté ces derniers mois que certains des principaux constructeurs, qui étaient encore sceptiques à l’égard de l’électrification ces dernières années, ont maintenant pleinement adopté cette nouvelle technologie. D’un point de vue industriel, il n’est pas non plus possible financièrement pour les constructeurs de parier sur deux chevaux en même temps. Les véhicules à moteur à combustion interne et les véhicules électriques sont totalement différents sur le plan conceptuel. Organiser deux départements de R&D et deux lignes de production parallèles n’est tout simplement pas faisable financièrement. Les constructeurs vont donc se concentrer sur les VE. Les véhicules à moteur à combustion interne vont progressivement disparaître. »

Les voitures de société sont invariablement considérées comme un moyen d’accélérer l’écologisation. Quelles sont les opportunités pour le secteur du leasing ?

MH : « En termes de ventes de véhicules, je crois à une légère augmentation en Belgique liée à une part plus importante de véhicules en leasing. N’oublions pas que l’âge moyen du parc automobile belge et européen est d’environ 10,5 ans. En raison de l’évolution rapide de la technologie embarquée et de l’écologisation des nouvelles voitures, les véhicules fabriqués avant 2012 sont tout à coup radicalement obsolètes, polluants et peu sûrs. Je m’attends donc à une évolution positive des ventes de véhicules neufs, associée à un succès encore plus grand du leasing comme mode de financement. Je vois un certain nombre de segments de croissance importants pour le secteur dans les années à venir. Je m’attends à ce que le leasing connaisse un succès croissant dans le segment des PME. La popularité du leasing pour particuliers et des plans cafétéria (B2B2C) devrait encore croître dans les prochaines années. Enfin, la « last mile delivery » est devenue un segment-clé et l’un des marchés à la croissance la plus rapide. Je pense que les E-LCV vont jouer un rôle crucial dans ce segment. »

La taxation des voitures de société est un facteur important de l’écologisation. Comment nous situons-nous en Belgique par rapport aux autres pays ?

MH : « En Belgique, nous nous battons depuis des années pour une forme de sécurité juridique en matière de fiscalité. Je pense que nous l’avons obtenue ces dernières années, même si c’est relatif. Mais quand je compare la situation de la Belgique avec celle d’autres pays, il y a maintenant une vision à cinq ans dans le domaine de la fiscalité. La Belgique a fait un grand pas en avant et est désormais un exemple au niveau international. Aux Pays-Bas et en Scandinavie, je constate encore d’importants changements annuels et une incertitude croissante. Alors ne râlons pas trop et abordons l’avenir avec confiance. »

Le marché de l’occasion sera également différent dans les années à venir. Quelle en est votre vision ?

MH :  « C’est justement dans le domaine des véhicules d’occasion que je m’attends à la plus grande révolution. N’oublions pas que ce marché est beaucoup plus important que celui des véhicules neufs. Vous pouvez déjà observer cette révolution si vous regardez les grandes entreprises comme Auto1, Kazoo ou Reezocar sur la scène internationale, ou les petits acteurs locaux comme Falcomotive. Aujourd’hui, le marché des voitures d’occasion se caractérise par un paysage fragmenté, avec plus de 200.000 points de vente en Europe, dont l’expérience et l’image auprès des clients sont trop souvent médiocres. Cette transformation sera accélérée par une demande croissante de voitures d’occasion jeunes et écologiques de la part des segments B2B et B2C. Enfin, et surtout, nous constatons que la plupart des fabricants passent à un modèle d’agence. Cela exercera une pression supplémentaire sur la rentabilité des concessionnaires, qui se concentreront davantage sur la vente de véhicules d’occasion pour compenser la perte de rentabilité. Le leasing d’occasion, tant pour les entreprises que pour les particuliers, va devenir très populaire. »

#Auto #Fleet Management

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

FLEET Dealers FLEET Sector FLEET.TV TCO
Trending