#FMOTY19 | Gert Debruyn (Volkswagen) : « WLTP : L’Etat devra faire ses comptes »

Nous entamons la troisième semaine de campagne #FMOTY19 avec Gert Debruyn. Sa marque, Volkswagen, disposait en 2017 de la voiture fleet la plus populaire avec la Golf, mais a connu en septembre quelques difficultés en raison de la transition vers la WLTP. Comment juge-t-il cette année de transition ?

Quel a été l’impact de WLTP/NEDC 2.0 sur vos marques sur le plan du CO2 ?

Nous sommes ravis de l’impact limité. Les émissions ont baissé, avec NEDC 2.0, pour un grand nombre de nos moteurs à essence. Et les moteurs au diesel s’en sortent bien aussi. Quelques moteurs ont augmenté de trois grammes, et pour le reste on note un statu quo ou une légère baisse. Ceci est en partie dû au fait que nous avons accru nos émissions de CO2 l’an passé. Et donc, la différence avec les émissions réelles n’a pas tellement varié.

Et en termes de ventes ?

Nous travaillons toujours sur la base d’une communication ouverte avec nos clients. Même si nous n’avions pas encore de chiffres définitifs, nous disposions d’estimations qui se sont révélées être par la suite très bonnes. Le client nous a suivis et savait très bien que les émissions de CO2 pouvaient encore varier un peu.

Pouvons-nous rêver d’un monde avec uniquement des voitures électriques ?

Si cela dépendait de moi, oui. Je suis un vrai amateur de véhicules électriques. Mais nous devons aussi être réalistes. D’une part, la production ne va pas pouvoir suivre la demande, ce qui peut entraîner une hausse des prix. D’autre part, l’infrastructure électrique n’est pas encore au point. C’est pourquoi je suis un partisan des panneaux solaires.

D’ailleurs, pour les gens qui roulent beaucoup – 25.000 à 30.000 km par an – le diesel reste la meilleure solution. Mais ceci étant dit, plus il y aura de voitures électriques, mieux ce sera évidemment.

Le constructeur automobile doit-il absolument devenir un fournisseur de mobilité ?

Pour moi oui. Chacun doit se remettre en question et pouvoir changer s’il peut ainsi apporter quelque chose à la société. Pourquoi ne peut-on pas proposer une certaine ambiance autour de l’automobile ? Plus nous serons professionnels à ce niveau, plus nous serons uniques et plus nous pourrons répondre à la demande du client. Lorsque ce dernier demande davantage de mobilité autour de son véhicule, nous pouvons aussi apporter une solution à ce niveau.

Le concessionnaire peut ici jouer un rôle intéressant, surtout parce qu’il va de toute façon devoir adapter sa façon de travailler à l’avenir étant donné que les voitures électriques nécessitent moins d’entretien. Elles ne doivent pas passer par le garage pour faire la vidange (rires).

Est-il souhaitable de conserver les valeurs NEDC 2.0 à partir de 2021 ou plutôt les valeurs WLTP ? Pourquoi ?

Pour moi, cela n’a pas d’importance. Quelle que soit la valeur, elle aura toujours une influence sur les impôts, la taxation, les déductibilités et autres. Tout le monde est-il d’accord pour que demain la déductibilité baisse sensiblement ? Quelle sera l’influence sur les volumes, la demande, le prix des modèles ? Ce dernier a par exemple une influence sur la TVA. L’Etat devra en tout cas faire ses comptes.

Nous sommes persuadés que nos moteurs devront être plus écologiques. C’est ainsi que nous travaillons sur les moteurs à essence et au diesel qui émettront encore moins qu’aujourd’hui et que nous sommes les pionniers de l’ère électrique. La gamme I.D. est prête, avec des SUV, des hatcbacks et des breaks. S’ils s’imposent, nous irons de toute façon vers une déductibilité de 100 % et nous ne devrons pas tenir compte de la WLTP.

Je dis dès lors : laissons le marché jouer son rôle, laissons chacun devenir plus écologique et laissons l’Etat prendre en compte l’impact de l’écologisation sur le budget. En ce qui me concerne, je ne suis contre rien, le jeu est joué par tout le monde, mais le consommateur ne peut pas en être le dupe.

Quel est le modèle fleet le plus important de votre gamme ?

Nous avons plusieurs modèles au top. La Golf et toutes ses variantes sont très performantes, mais la Tiguan la talonne. Nous vendons 70 % des Tiguan Allspace aux flottes. Cette part est de 50 % pour la Tiguan normale. Mais l’Arteon a également trouvé sa place.

#Fleet Management

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Selected FLEET Dealers

Cette liste ne comprend que les clients de FLEET Dealers. Si vous souhaitez également être repris dans cette liste, veuillez contacter Patrick Quatennens (patrick.quatennens@effectivemedia.be / 0478 22 23 33) ou Chloé Vanden Wyngaerdt (chloe.vandenwyngaerdt@effectivemedia.be / 0472 80 26 25)

Jennes 3190 Boortmeerbeek
Michael Mazuin Namur Ouest 5070 Fosses-la-ville
FLEET Dealers FLEET Sector FLEET.TV TCO
Trending