#FMOTY19 | Sebastien Laebens (Audi) : « Aider les fleetowners à établir leur nouvelle car policy »

Aujourd’hui, place à la première interview de Sebastien Laebens depuis sa prise de fonction de Fleet Manager chez Audi (c’était à la mi-mars). Il aborde le nouveau cycle de test WLTP avec confiance malgré une transition abrupte. « Par rapport à nos concurrents directs, nous sommes en effet souvent les meilleurs. »

Quel a été l’impact de WLTP/NEDC 2.0 sur vos marques sur le plan du CO2 ?

En matière de CO2, je suis heureux de signaler que les moteurs déjà homologués par le NEDC 2.0 sont très compétitifs. Par rapport à nos concurrents directs, nous sommes même souvent les meilleurs. Nous devons encore faire homologuer quelques moteurs ; nous recevrons ces valeurs dans les prochaines semaines. Mais étant donné que les valeurs déjà connues sont très bonnes, nous sommes optimistes. En fonction du modèle, nous constatons une augmentation de 10 % environ entre NEDC et NEDC 2.0.

Et en termes de ventes ?

Nous avons remarqué que les clients fleet ont adopté une attitude attentiste ces derniers mois. Il y avait beaucoup de points d’interrogation concernant l’impact fiscal de NEDC 2.0 sur leur flotte. Et compte tenu du fait que 70 % des ventes d’Audi concernent des clients professionnels, cela a certainement eu son impact. Actuellement, nous constatons que les fleetowners sont en train de revoir leur car policy.

En outre, nous avons récemment lancé nos conditions fleet. Nous demandons dès lors à notre réseau de concessionnaires de prendre contact avec les clients fleet pour les aider à établir leur nouvelle car policy. Je suis persuadé que d’ici la fin novembre nous retrouverons le niveau normal.

Pouvons-nous rêver d’un monde avec uniquement des voitures électriques ?

Audi a récemment présenté l’e-tron, une voiture totalement électrique et dans le futur, 12 nouveaux modèles 100 % électriques feront leur apparition. Audi AG croit donc clairement à ces nouvelles technologies mais aussi aux moteurs à combustion conventionnels. Ceux-ci seront toutefois réactualisés, avec par exemple la fonction mild hybrid sur les moteurs au diesel. A partir de 2020, il faudra aussi compter sur le développement d’une voiture à piles à combustible.

Nous sommes convaincus que l’avenir sera multimodal et avec un mélange de différents moteurs : des moteurs électriques, qui seront de plus en plus importants, mais aussi des moteurs au diesel et à essence.

Le constructeur automobile doit-il absolument devenir un fournisseur de mobilité ?

Je suis persuadé que le constructeur, comme l’importateur, doit évoluer vers un rôle de fournisseur de mobilité. D’Ieteren est par exemple occupé avec des projets comme Poppy à Anvers et Audi AG met également des projets de ce type sur pied.

Le lieu où habite une personne a énormément d’influence sur son comportement de mobilité. C’est pourquoi nous devons en tenir compte. Mais nous constatons aussi l’arrivée d’autres acteurs sur le marché. Donc, si un constructeur n’évolue pas dans ce sens, il pourrait bien disparaître. Et ce n’est certainement pas notre ambition.

Est-il souhaitable de conserver les valeurs NEDC 2.0 à partir de 2021 ou plutôt les valeurs WLTP ? Pourquoi ?

Si le régime fiscal actuel ne change pas, la WLTP aura un impact énorme. Sans modification, je préfère donc conserver NEDC 2.0.

Quel est le modèle fleet le plus important de votre gamme ?

Le modèle le plus important est l’A3 Sportback. Nous en avons déjà une ayant subi le NEDC 2.0 avec une émission de 103 grammes. Elle reste de ce fait déductible à 90 % et sera encore mieux positionnée sur le marché. L’A3 est suivie de près par un autre modèle fleet très populaire, l’A4.

 

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !