Isabelle Richelle (Tax Institute ULg) : « Je n’ai pas vu d’évaluation chiffrée dans le programme d’Ecolo »

Les plans d’Ecolo concernant la voiture de société sont connus. Les verts proposent de supprimer le régime fiscal des voitures de société en cinq ans et de le remplacer par un budget mobilité pour l’ensemble des travailleurs sous forme de crédit d’impôt de 700 à 2.780 euros.

Est-ce réaliste ? Nos confrères de L’Echo ont posé la question à Isabelle Richelle, coprésidente du Tax Institute de l’Université de Liège. Voici sa réponse :

« Cet avantage défiscalisé s’est développé parce que le coût du travail est trop élevé. On évalue actuellement l’avantage par rapport à la valeur de voiture et son niveau de pollution. On a renoncé à la prise en compte des kilomètres parcourus qui pose la question du contrôle. Accorder un avantage équivalent à tous les travailleurs serait pas mal sur le plan de l’équité, mais cela pourrait coûter plus cher. Je n’ai pas vu d’évaluation chiffrée à cet égard dans le programme. »

Pourtant, Ecolo l’assure : ce programme sera neutre budgétairement. Pour l’Etat, oui… Mais pour le travailleur ? « Ecolo assume que nombre de salariés devant renoncer à leur voiture de société peuvent s’attendre à ne pas obtenir une compensation totale en termes de revenu net », explique encore l’article de L’Echo…

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !