« La promotion de la voiture de société, une véritable politique industrielle en faveur du climat »

Ces propos émanent du ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, qui a récemment présenté un nouveau paquet fiscal.

En Allemagne, un salarié qui utilise sa voiture de société à titre privé est taxé à 1% du prix catalogue, mais ce taux a été réduit de moitié à 0,5% pour les véhicules électriques (VE) achetés ou loués entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2021.

Le gouvernement allemand vient d’approuver un allongement de ce traitement fiscal préférentiel jusqu’en 2030. Ce projet de loi devrait être ratifié le 20 septembre prochain pour une entrée en vigueur d’ici la fin de l’année.

« Nous le faisons aussi pour qu’un plus grand nombre de véhicules électriques puissent entrer plus rapidement sur le marché des véhicules d’occasion. »

Olaf Scholz, ministre allemand des Finances

Olaf Scholz a justifié ce choix comme suit : « La promotion des voitures de société est une véritable politique industrielle en faveur du climat. Nous le faisons aussi pour qu’un plus grand nombre de véhicules électriques puissent entrer plus rapidement sur le marché des véhicules d’occasion ».

Ce projet de loi prévoit également une exonération d’impôts jusqu’en 2030 pour les employeurs qui offrent la gratuité de la recharge des véhicules électriques ou des vélos d’entreprise.

En outre, une nouvelle mesure (qui s’appliquera également jusqu’en 2030) prévoit une subvention unique pour l’achat de véhicules purement électriques qui sont utilisés à des fins commerciales pour effectuer des livraisons. Cette incitation unique s’élève à 50 % des coûts d’acquisition du véhicule de livraison électrique.

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !