La voiture, objet d’insertion socioprofessionnelle : une bonne nouvelle et une réflexion

Peut-être l’aurez-vous lu ou entendu : le gouvernement wallon vient de débloquer une enveloppe de huit millions d’euros pour financer le permis de conduire des demandeurs d’emploi. A mes yeux, cette information recèle une bonne nouvelle… Mais aussi une réflexion sur notre société !

30 heures d’auto-école et les frais d’examens (théorique et pratique) en vue de l’obtention du permis de conduire : voilà le « cadeau » qu’offrira dès le 28 septembre prochain le gouvernement wallon à 4.000 demandeurs d’emploi.

Ceux-ci devront montrer qu’ils ont suivi (ou qu’ils suivent) une formation au Forem en 2020 pour disposer de cette offre alléchante du gouvernement Di Rupo. Et si l’expérience est concluante, elle pourrait être étendue à l’ensemble des demandeurs d’emploi.

Quelle bonne nouvelle ! Il y avait bien longtemps qu’un gouvernement – et a fortiori s’il est composé, entre autres, de ministres Ecolo – n’avait plus pris une décision ‘favorable’ à l’automobile.

Car il ne faut pas négliger le symbole de cette décision : la voiture est (enfin) perçue comme étant un élément essentiel à l’insertion professionnelle de nos concitoyens. Hourra ! Et ce, à un moment où une prime est octroyée pour l’achat d’un vélo dédié aux déplacements domicile-travail. C’est ce que j’ai envie d’appeler un bel équilibre en termes de mobilité !

Mais l’enthousiasme passé, j’aurais pu déchanter. Mazette, pourquoi donc un chercheur d’emploi aurait droit à un cadeau fiscal de 2.000 euros, alors qu’on me rebat les oreilles sans cesse sur le coût de ma voiture de société pour l’ensemble de la comunauté ? Un coût qui, de surcroît, n’est pas supérieur à 2.000 euros, alors que c’est, en plus d’un outil de travail, un élément de mon salaire… Les travailleurs seraient-ils donc moins bien considérés politiquement que les demandeurs d’emploi ?

Soit. J’aurais pu déchanter. Mais je N’ai PAS déchanté. Simplement parce que moi, je ne suis pas jaloux des avantages que peuvent recevoir les autres. Donnons l’occasion à ces 4.000 personnes (pour commencer) de mettre toutes les chances de leur côté. En contrepartie, laissez-moi travailler, gagner ma vie et profiter comme je l’entends des avantages qui en découlent.

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Tags: Auto Mobility