« Le parking au service de la mobilité pour améliorer l’expérience urbaine »

Une carte blanche de Julien Vandeleene, CEO & Fondateur de BePark

Les grandes villes sont face à une croissance démographique constante : en 2019, presque 10 000 personnes ont fait le choix de venir vivre à Bruxelles, contre 3714 en 2016. Mais qu’en est-il de la mobilité et des voitures de ces nouveaux citoyens optant pour la vie urbaine ?

Dans une métropole comme Bruxelles, la croissance du nombre de véhicules est heureusement plus lente que celle de la population. Malgré tout, le ratio entre places de stationnement en voirie et habitants reste d’un sur cinq. A ceci, nous devons ajouter les centaines de milliers de navetteurs se rendant en ville en voiture chaque jour. Ces automobilistes font tous face au même constat : les places de stationnement sont une denrée rare à Bruxelles, ce manque contribue à une congestion et une pollution urbaine accrue. Alors comment les parkings peuvent-ils être un vecteur pour la création d’une mobilité plus fluide, plus agréable et plus douce ?

Les initiatives existantes cherchent principalement à décourager les navetteurs à prendre leur voiture pour se rendre en ville. Nous voyons, par exemple, la suppression des places de stationnement en voirie pour les remplacer par des pistes cyclables ou des espaces verts afin d’améliorer la qualité de vie des habitants. Malgré ces initiatives, la voiture reste un moyen de transport fortement utilisé et la demande en matière de parking reste croissante…

Comment répondre à cette demande, tout en offrant une mobilité fluide aux navetteurs et une expérience urbaine plus agréable aux riverains ? En proposant des parkings mutualisés et connectés hors voirie. Ces parkings privés et sous-utilisés, comme par exemple les parkings de certaines entreprises, sont alors ouverts et mis à disposition des utilisateurs qui en ont besoin. Cette mutualisation permet non seulement de libérer de l’espace en rue, mais apporte aussi un sentiment de sécurité aux utilisateurs. Ils représentent surtout l’opportunité  de créer une nouvelle manière de se déplacer. 

Le parking de demain n’est pas seulement destiné aux voitures

La mobilité urbaine est en pleine évolution. En 5 ans, le nombre de cyclistes a doublé à Bruxelles. Si l’on prend en compte le passage aux véhicules électriques, les nouveaux modes de mobilité flexible et la mobilité partagée, les parkings doivent également suivre cette évolution. Le parking ne peut plus seulement être destiné au stationnement des voitures, il doit devenir un espace donnant aux usagers la possibilité de choisir leur moyen de transport et la façon dont ils vont se déplacer. Ceci est exactement la vocation des parkings mutualisés.

Dans ces parkings, nous retrouverons des vélos, des motos, des scooters ou encore des trottinettes. Le parking mutualisé est aussi l’endroit où déposer son véhicule partagé, mais aussi où faire charger son véhicule électrique.

La cerise sur le gâteau ? Le parking mutualisé connecte cette multitude de moyens de transport. Imaginez le scénario : vous vous rendez en voiture dans un parking, vous décidez ensuite d’y emprunter une trottinette électrique que vous déposerez dans un autre parking plus central, qui vous permettra d’attraper le train, tram ou métro afin d’atteindre votre destination finale.

Mutualiser les parkings en ville : la clé d’une mobilité douce, améliorant la vie urbaine

Suite à ces informations, il est désormais envisageable de répondre clairement à la question “Comment utiliser le parking pour créer une mobilité urbaine douce ?”.

La mutualisation des parkings permet de débloquer l’immobilité des immeubles pour permettre à la ville d’être désencombrée.

Désencombrée car le trafic lié à la recherche de places de stationnement se verra drastiquement diminué, un fait non négligeable quand on sait qu’il représente 30% du trafic urbain. Une ville désencombrée également parce que les voitures habituellement stationnées en voirie auront migré vers un parking privé sécurisé. Enfin, une vie urbaine moins polluée et plus agréable, car ces parkings offrent des nouvelles possibilités de mobilité en disposant par exemple de places pour des vélos cargo destiné aux habitant et aux les transports de marchandise.

Avec l’ouverture de parkings immobiles, nous pouvons enfin débloquer la mobilité.

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Tags: Auto Mobility