Le Salon de Bruxelles sera-t-il le seul à survivre ?

La Febiac, la fédération belge et luxembourgeoise de l’automobile et du deux-roues, a tenu hier son assemblée générale annuelle et sa conférence de presse. Ce rendez-vous fut numérique, crise sanitaire oblige. Cette conférence de presse peut être visionnée dans son intégralité ici. A remarquer dans la vidéo de promotion préalable : le Salon de l’automobile de Bruxelles est mis en avant. Simple pari ou acte intelligent ?

Le secteur de l’événementiel ne se porte pas bien : c’est un euphémisme. Ce même malaise est également ressenti dans le secteur automobile. Heureusement, le Salon de de Bruxelles a encore eu lieu au début de cette année, mais le célèbre Salon de Genève a dû capituler.

De plus, l’avenir du salon suisse n’est pas très prometteur. Selon sa directrice, Sandra Mesquita, la faillite semble même imminente. Il n’est franchement pas certain qu’il y ait une édition l’an prochain. Faire converger des dizaines de milliers de visiteurs et journalistes à Genève est pour l’instant inimaginable. Il reste à voir si cette vision pessimiste deviendra réalité. Car les frontières européennes s’ouvrent à nouveau et le transport aérien est à nouveau possible.

L’argument ultime est d’ordre commercial

Bien entendu, le Salon de l’automobile de Bruxelles doit se concentrer sur lui-même, sans regarder ce que font les autres. Il doit avant tout se pencher sur son profil unique : c’est un salon de ventes. Pratiquement toutes les marques réalisent une grande partie (jusqu’à un tiers) de leur volume de ventes au début de l’année grâce au Salon de l’auto et aux actions connexes via les réseaux de concessionnaires.

En cela, Bruxelles diffère fondamentalement des autres Salons, où la couverture médiatique et les premières mondiales sont au premier plan. Au cours des dernières semaines et des derniers mois, les concepteurs ont eu recours à des présentations numériques de nouveaux modèles dans la presse. Vont-ils continuer dans cette voie ou le circuit numérique va-t-il se tarir rapidement par manque d’expérience de la part du public ? Car regarder un écran n’offre pas les même sensations que d’examiner une voiture en chair et en os. L’avenir nous le dira…

Bien entendu, le Salon de l’automobile de Bruxelles doit se concentrer sur lui-même, sans regarder ce que font les autres. Il doit avant tout se pencher sur son profil unique : c’est un salon de ventes.

Mais revenons à Bruxelles. Au vu des chiffres de ventes dramatiques de ces derniers mois, les marques automobiles ne pourront jamais rattraper leur retard cette année. Il y a donc encore plus de pression pour rattraper le retard l’année prochaine.

C’est également l’argument clé de la Febiac envers ses membres. La fédération reste convaincue que tout se déroulera à peu près normalement. Peut-être pense-t-elle secrètement « plus loin ». Si les autres salons automobiles meurent, les constructeurs pourraient migrer vers un grand salon européen par an où ils présenteraient leurs premières mondiales. La position centrale de Bruxelles semble idéale.

Purificateurs UV-C

L’évolution du coronavirus dans les prochains mois s’avérera évidemment déterminante. Il reste encore six mois complets jusqu’en janvier 2021. Si un vaccin arrive plus tôt que prévu, tout pourrait se dissiper très rapidement. Non pas que Febiac parie là-dessus.

Différents scénarios sont envisagés pour permettre au Salon de se poursuivre. L’un d’eux est fourni par Brussels Expo lui-même. Vers la fin de l’été, les palais du Heysel de Brussels Expo seront équipés d’un nouveau système de purification utilisant des lampes UV-C. Les 120.000 mètres carrés du hall d’exposition seront sécurisés contre le Covid. Et là, tous les espoirs seront permis !

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Tags: Auto