« Le WLTP créera une nouvelle gamme de faux hybrides l’année prochaine »

Il ne fait aucun doute que les « faux hybrides rechargeables » compliquent considérablement la taxation des voitures. Mais cela les rend aussi beaucoup plus chers pour ceux qui ne font pas attention à court, mais aussi à long terme.

Toute personne roulant aujourd’hui avec un « faux hybride » est punie fiscalement. La déductibilité passe généralement de (presque) 100 % à un chiffre compris entre 40 et 50 %. Et l’ATN ? Il explose ! Une simulation réalisée par le groupe d’information Wolters Kluwer montre que les valeurs CO2 plus élevées de ces PHEV font quadrupler l’ATN d’un Porsche Cayenne, qui passe de 3.263,69 à 12.565,21 euros. Pour une Mercedes C350e (remplacée entre-temps par la C300e, qui est fiscalement intéressante), il grimpe de 1.717,51 à 3.563,83 euros.

Koen Janssens, expert chez Wolters Kluwer, met tout le monde en garde contre l’impact du WLTP en 2021. En effet, sous l’influence des nouvelles valeurs de CO2 (aujourd’hui, ce sont toujours les données NEDC qui sont utilisées), une nouvelle série de faux hybrides va apparaître. Les fiscalistes de Wolters avancent deux exemples.

Volvo XC60

Le premier exemple cité par Wolters Kluwer est le Volvo XC60 T8. Aujourd’hui, les valeurs NEDC varient de 42 à 47 grammes de CO2, mais elles oscilleront entre 53 et 57 grammes sous le régime WLTP. Concrètement, cela signifie une déductibilité comprise entre 95 et 100 % en 2020. Mais à partir du 1er janvier 2021, cela va complètement changer, car le véhicule ne remplit plus les conditions pour être un « vrai » PHEV, puisqu’il passera au-dessus du plafond de 50 grammes de CO2.

Cela signifie que sa déductibilité tombera à 50 % en 2021. L’Avantage de Toute Nature (ATN) passera de 210 à quelque 700 euros, à pris catalogue égal. La valeur CO2 du véhicule correspondant passera en effet à 189 grammes en WLTP. L’ATN va donc plus que tripler.

Audi Q5

Autre exemple : l’Audi Q5 TFSIe 50. En NEDC, son CO2 s’élève à 46 grammes. En WLTP, il passe à 51 grammes. En 2020, ce SUV est déductible à 98 %. En 2021, il faudra chercher le modèle essence correspondant. Et celui-ci, en WLTP, affichera 192 grammes de CO2. Sa déductibilité chutera donc à 50 % (et cela s’applique également à tous les coûts tels que l’entretien, le chargement et le ravitaillement en carburant). En termes d’ATN, de 175 euros en 2020, on passera aux alentours de 600 euros par mois en 2021.

Il faut espérer, si l’on ne veut pas arriver à un dérèglement total du marché automobile, que le prochain gouvernement fédéral instaurera une sorte de clé de correction dans les formules fiscales de l’ATN et de la déductibilité après l’instauration du WLTP qui, lui, semble inévitable.

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !