« Les Fleet & Mobility Managers sont trop peu psychologues »

(c) De Werkgenootschap
(c) De Werkgenootschap

Si nous voulons adopter une mobilité multimodale intelligente, les Fleet & Mobility Managers doivent davantage s’intéresser à l’aspect psychologique d’un tel changement, sous peine de se diriger droit vers un échec. Cet avertissement, c’est le constat dressé par Jan Borré, fondateur de Via Mobile, lors du congrès ‘Are You Future Proof’ à l’occasion de la première réunion du groupement ‘De Werkvennootschap’, une initiative destinée à soutenir les entreprises dans leur transition vers une meilleure politique de mobilité.

Avec Via Mobile, Jan Borré accompagne au quotidien des entreprises et leurs travailleurs afin de leur permettre d’adopter un nouveau plan de mobilité multimodal efficace et durable. Une tâche difficile puisqu’il est compliqué de trouver le bon ‘arbre’ dans cette grande ‘forêt des solutions de mobilité’. Des sociétés de leasing aux applications de mobilité en passant par les organisations actives dans le domaine de l’économie collaborative : en Belgique, il existe quelque 500 entreprises s’occupant de mobilité. « Dès lors, trouver la bonne solution pour la majorité du personnel est un défi », considère Jan Borré.

(c) De Werkgenootschap
(c) De Werkgenootschap

Ces nombreuses options entraînent l’apparition de difficultés. Comme par exemple le cas de ces entreprises qui investissent dans des solutions de mobilité très ‘tendance’ comme les hoverboards ou les monoroues, des engins qui s’avèrent dans la pratique inutilisables par de nombreux collaborateurs.

Homo Multi Mobilus

« C’est pour cette raison que je commence toujours par effectuer une analyse psychologique en profondeur des travailleurs de l’entreprise en question. La psychologie et l’expérience pratique sont les deux principaux piliers d’une nouvelle politique de mobilité », poursuit Jan Borré. « Je souris toujours quand je vois des travailleurs tester des vélos de société en faisant un petit tour le long du bâtiment de l’entreprise et devoir décider sur-le-champ s’ils vont opter pour un vélo. Ce n’est qu’en essayant une solution durant trois mois que l’on peut se rendre vraiment compte de ses avantages. »

(c) De Werkgenootschap

L’objectif est selon le fondateur de Via Mobile de préparer psychologiquement les travailleurs à choisir les solutions les plus adaptées à leur profil en matière de mobilité. On évolue ainsi de l’Homo Mono Mobilus vers un Homo Multi Mobilus : un utilisateur qui emprunte régulièrement la voiture, mais qui travaille aussi depuis son domicile certains jours, qui prend les transports en commun, qui partage une voiture ou qui utilise ce mode de transport uniquement pour une partie de son trajet.

Et dans les entreprises, il existe encore d’autres pièges. Jan Borré estime ainsi que le climat d’investissement est trop rarement favorable dans les entreprises. « De nombreux Fleet & Mobility Managers doivent se satisfaire d’un budget trop limité pour pouvoir enregistrer des résultats. Pourtant, proportionnellement, une mauvaise politique de mobilité coûte indirectement beaucoup plus cher encore. Pensez ainsi à ces collaborateurs de talent qu’il faut remplacer parce qu’ils en ont assez de ces éternels trajets quotidiens », conclut-il.

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !