Long Term Test Ford Focus: Retrouver le plaisir de conduire

Il y a de grandes chances que nous soyons confrontés dès l’an prochain aux valeurs WLTP et non plus aux valeurs NEDC 2.0. Il est donc des plus logique qu’un certain nombre de conducteurs ne soient plus réticents face au downsizing. Par ailleurs, le budget mobilité pourrait offrir une seconde vie à des modèles plus compacts, reprenant un peu de terrain aux très populaires. Et si c’est votre cas, vous ne pourrez passer à côté de la Focus.

Voilà déjà quelques mois que nous circulons avec la Ford Focus ST-Line. Dans un premier article, nous vous indiquions déjà à quel point son équipement était complet. Ce sont surtout des détails tels que le head-up display et la recharge de smartphone sans fil que nous avions appréciés. Seul le combiné d’instrument analogique nous laisse un peu froid. En 2019, il aurait peut-être été plus logique de se tourner vers un élément digital (même partiel).

Dans cette version automatique, il n’y a pas de levier de vitesses. Vous choisissez votre mode d’évolution avec une molette. Cela permet un gain de place, mais nous ne sommes pas fan du concept. Il est difficile de manœuvre le bouton à l’aveugle et il vous faut vérifier que vous avez bien sélectionné le bon rapport. Et passer au neutre dès que vous entamez une glissade, vous pouvez oublier ! Il est toutefois possible de changer de rapport manuellement via les paddles au volant.

Une auto avec tenue de route !

La Focus offre beaucoup de feedback et est stable sur la route. C’est une voiture qui aime encore filer au travers des virages sans donner l’impression d’être stérilisée, ça faisait longtemps ! Avec 120 ch, on ne peut pas parler de fusée, mais bien de voiture plaisir. On ressent que le châssis en a suffisamment dans les tripes pour faire le job, sans constamment passer par les garde-fous électroniques.

Il est d’ailleurs amusant de basculer d’un mode de conduite à l’autre : du cruising relax en mode eco sur l’autoroute et puis en mode sport là où un peu de ludisme est possible. Il existe également un mode normal, celui que nous utilisons le moins. Jusqu’à présent, notre utilisation répond à une consommation moyenne de 6,2 l/100 km. En mode sport, le diesel n’est pas léthargique, mais si la boîte auto réagissait plus rapidement, il serait mieux mis en valeur. Une lacune qui peut être compensée en changeant soi-même de rapport.

Autre atout de cette Focus : elle est particulièrement spacieuse, mais est également suffisamment compacte pour manœuvrer facilement et se garer partout. On est naturellement assis plus bas que dans un SUV. Un désagrément que acceptons bien volontiers pour le plaisir quotidien que distille cette Focus.

Dans le prochain – et dernier article – nous vous donnerons nos conclusions finales. Entre-temps consultez sur www.fleet.be le compte rendu vidéo de notre essai de la Ford Focus.


Fleet facts:

Budget de leasing (EcoBlue ST-Line) : 431 €

Consommation combinée : 3,6 l/100 km

Émissions de CO2 : 97 g/km

Cotisation CO2 par mois : 28,91 €

Déductibilité fiscale : 90 %

ATN par mois : 120,62 €/mois

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !