Miel Horsten promu directeur régional de groupe chez ALD Automotive

Sur un plan personnel, le président de Renta, Miel Horsten, a des nouvelles importantes à annoncer. Au 1er juin, il deviendra directeur régional de groupe chez ALD Automotive. Il cumulera cette nouvelle fonction avec son poste actuel de CEO d’ALD Automotive Belgium jusqu’au 1er septembre. Tant que nous l’avions au téléphone, nous lui avons également posé quelques questions sur l’impact de la pandémie COVID-19 sur le secteur du leasing.

Miel Horsten (46 ans) a dirigé ALD Automotive Belgium pendant neuf ans et a combiné ce poste, ces derniers temps, avec celui de directeur régional pour le Benelux. Un travail qu’il dit avoir « aimé faire tous les jours pendant près de 9 ans ».

Le bilan est positif. ALD Automotive Belgium a connu une croissance considérable au cours des neuf dernières années. Le parc automobile a augmenté de 53 % pour atteindre plus de 76 000 locations privées (par le biais de partenariats). Le leasing de vélos a également été lancé ces dernières années. Ce service un connu un grand succès et la flotte compte aujourd’hui 3 854 vélos. Le nombre de clients a presque doublé pour atteindre plus de 10 000. Le nombre de salariés a également augmenté ces dernières années, passant de 222 à 271.

Toujours un lien avec la Belgique

Le PDG du groupe ALD, Mike Masterson, ayant démissionné de son poste le 27 mars pour des raisons de santé, Tim Albertsen, jusqu’alors directeur général adjoint, lui a succédé. Miel Horsten est promu au Comité exécutif d’ALD Automotive, basé à Paris. Il fait maintenant partie d’un groupe restreint de sept ‘top managers’ qui dirigent le groupe ALD mondialement.

Miel Horsten souligne que dans sa fonction internationale, il gardera une certaine responsabilité sur le marché belge, ainsi que sur d’autres marchés : « Il y aura un nouveau CEO pour la Belgique (il sera connu dans les semaines à venir, ndlr). Sur le plan international, je m’occuperai du Benelux, de la Finlande, de la Norvège, du Danemark, de la Suède et de l’Irlande. En ce qui concerne le contenu de la fonction, on parle évidemment de leasing, mais aussi de la société de réassurance du groupe, dont je présidais déjà le conseil d’administration. Et je m’occuperai également des achats pour l’ensemble du groupe ».

Normalement, Miel Horsten prendra ses nouvelles fonctions à partir du 1er septembre 2020. Cela signifie également qu’il remettra son mandat de président de Renta entre les mains du conseil d’administration. Miel Horsten a été réélu il y a un an et demi. Il devait normalement encore prester pendant un an et demi. Mais Renta va devoir se chercher un nouveau président précocement.

COVID-19 : le secteur a une base solide

Outre cette belle promotion sur le plan personnel, Miel Horsten, à l’instar de ses collègues CEO des sociétés de leasing belges, est principalement en train de gérer la crise du coronavirus. Et, en tant que président de Renta, il se préoccupe de la situation de l’ensemble du secteur de la location.

En termes d’impact, il fait une distinction claire entre la location à court terme et la location de longue durée. « Il est évident qu’il y a un impact sur l’ensemble du secteur et qu’il se fera ressentir un certain temps. Si l’on examine la situation actuelle, les loueurs court terme souffrent beaucoup plus. Notamment parce q’ils ont perdu une grande partie de leur activité du jour au lendemain avec la mise au point mort (ou presque) du trafic aéroportuaire. Il y a également un impact sur la location de longue durée, mais celle-ci dispose d’une base solide. Nous ne sommes pas comme un Mediamarkt qui ne vend plus rien si l’on en ferme les portes. »

Nos flottes continuent de fonctionner. Certains clients – les plus grands, dans la plupart des cas – passent encore des commandes.

« Nos flottes continuent de fonctionner. Certains clients – les plus grands, dans la plupart des cas – passent encore des commandes. Ceux-là pensent déjà au redémarrage post-coronavirus. D’autre part, certains clients demandent également un report de paiement, lié ou non à une prolongation du contrat. Il y a une certaine logique, car les voitures parcourent désormais beaucoup moins de kilomètres ou sont même à l’arrêt. Le nombre d’offres diminue rapidement, mais il est difficile de s’attendre à autre chose en période de confinement. Le processus d’après-vente est également au point mort. Mais là, Renta, avec Traxio et Febiac, discutent avec le gouvernement pour savoir si un redémarrage progressif est possible. En tout cas, ce que je ne vois pas, ce sont des annulations massives de commandes. Et ça, c’est un bon signal pour l’avenir. »

Quid des valeurs résiduelles ?

Les valeurs résiduelles restent l’un des piliers les plus importants des sociétés de leasing. Miel Horsten craint-il une dégringolade à cause de cette crise ?

« Non, parce que la production de voitures neuves a très fortement chuté aujourd’hui. Pour certaines marques, la production est complètement arrêtée. La valeur résiduelle des voitures que nous mettons sur la route aujourd’hui sera de toute façon bonne dans trois ans. Je ne pense donc pas qu’il devrait y avoir de grandes corrections des valeurs résiduelles aujourd’hui. La question est de savoir dans quelle mesure les ventes d’occasion vont redémarrer. Cela pourrait prendre un peu plus de temps que pour le reste du business. Aussi en raison du caractère international. Nous exportons près de 80 % de nos véhicules d’occasion. Cette logistique-là doit également être remise sur les rails. »

Modérément positif pour l’après-COVID

Miel Horsten mesure évidemment la gravité de la situation, mais se montre tout de même modérément positif : « Chez ALD Automotive, par exemple, nous n’avons pas mis les gens au chômage technique. Presque tout le monde travaille à la maison. Il y a beaucoup de travail. Nous devons être là pour nos clients et nous devons préparer l’après-Covid. Nous partons toujours du principe que qu’un redémarrage progressif aura lieu à partir du mois de mai. Nos clients pensent que la reprise sera totale pour le second semestre ».

Un plan directeur ?

Existe-t-il également un plan directeur de ce qui devrait se passer après la crise du Covid ?

Miel Horsten : « Sur le plan commercial, il revient à chaque société de leasing de définir sa propre stratégie. Avec les autres fédérations Traxio et Febiac, Renta travaille sur un protocole pour le redémarrage. Nous constatons que cela se produit également à l’étranger et que c’est également nécessaire pour que la relance fonctionne de manière ordonnée et logique ».

#Auto #Mobility

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

FLEET Dealers FLEET Sector FLEET.TV TCO
Trending