Mobility as a Service (MaaS) à Gand : réconcilier la voiture avec les alternatives

Pendant deux mois et demi, un certain nombre de cobayes ont testé et évalué l’application MaaS à Gand. MaaS signifie Mobility as a Service. Le but du projet-pilote était de vérifier si les participants pouvaient réduire le recours à la voiture privée en combinant plusieurs alternatives intégrées dans une seule application smartphone.

MaaS est une initiative de l’organisation de mobilité Touring, en collaboration avec la ville de Gand et UGent, et dirigée par le Prof. Frank Witlox d’UGent. Après évaluation du projet et moyennant quelques adaptations, l’objectif est de le déployer à grande échelle et dans d’autres villes.

Budget mobilité

Prof. Witlox UGent

Le projet-pilote MaaS a débuté le 18 avril pour s’achever le 30 juin. Une centaine de personnes ont été réparties en trois groupes avec un budget mobilité mensuel de 150, 250 et 350 euros par mois. Le projet a été suivi scientifiquement par l’UGent avec un accent sur le changement de comportement et la qualité opérationnelle de l’appli et des services.

Le Prof. Witlox et son équipe de chercheurs se sont posé la question au début : comment pouvons-nous aider l’usager de la route à avoir recours à d’autres moyens de déplacement que la voiture ? Quels sont les services de mobilité nécessaires pour y parvenir et de quelle manière peut-on les atteindre ?

Elle complète mais ne remplace pas

Chez Touring, la teneur générale après le projet-pilote est positive avec toutefois quelques observations.

« L’application MaaS est complémentaire, et ne remplace donc pas la voiture privée. Mais grâce à un budget mobilité mis à disposition, les voitures et les vélos à partager ainsi que le transport public sont davantage utilisés », souligne Danny Smagghe, porte-parole de Touring. « Le but visant à favoriser les déplacements multimodaux via l’application MaaS est ainsi atteint. Bien qu’il soit nécessaire de continuer à perfectionner le système, notamment en ajoutant un planificateur routier multimodal. Point intéressant : le fait que le nombre de kilomètres parcourus en voiture privée a fortement baissé chez les participants au projet-pilote. »

Les citadins, le principal groupe-cible

Grâce à ce projet, nous avons pu percevoir une tendance au changement de comportement, déclare le Professeur Witlox. « Tandis que la voiture privée a surtout été utilisée pour les déplacements longs, on a plus rapidement fait appel, pour les autres déplacements, à une voiture ou un vélo à partager ou au transport public. Le fait que les gens réfléchissent à leur comportement de déplacement grâce à l’utilisation de MaaS, a donc un effet secondaire important. Il s’agit plutôt de déplacements courts, lesquels nous amènent à la conclusion que le groupe-cible de MaaS sera plutôt composé de citadins. »

Maladies de jeunesse

« L’application elle-même a déjà été évaluée satisfaisante, malgré quelques maladies de jeunesse au niveau technique. C’est ainsi que nous devrons veiller à une consultation plus simple du budget mobilité et un traitement plus rapide des paiements via l’appli », déclare Danny Smagghe.

« Il y a aussi une demande générale pour l’introduction d’un planificateur routier multimodal afin de pouvoir planifier un déplacement impeccable. Pour le moment on perd trop de temps à ce niveau alors qu’une telle appli est justement censée faciliter la vie.

A chaque type de déplacement sa solution de mobilité. Pour sortir, le taxi bénéficiait par exemple de la préférence et pour les déplacements multimodaux, on optait plutôt pour le bus combiné au vélo à partager. »  Bien que la plupart des participants se soient montrés satisfaits de l’offre de services de mobilité, Touring est persuadé que davantage de fournisseurs doivent y être connectés. « C’est un défi pour le développement de MaaS. Les fournisseurs repris dans ce test en étaient satisfaits à 86 %. »

Introduction sur le marché en mars 2018

Danny Smagghe, Touring

Touring a en tout cas l’intention de proposer MaaS, après fine tuning, en tant que produit commercial au cours du premier trimestre 2018. Et ceci sur un territoire plus étendu que Gand, et avec une offre plus large de fournisseurs de mobilité. Enfin, le but de Touring est d’étendre rapidement le projet à d’autres villes et aussi d’atteindre des gens qui n’ont pas encore conscience de leur comportement de déplacement.

Danny Smagghe : « Nous allons le faire sous forme de B2B2C, Business to Business to Consumer. Il s’agira d’une offre tournée vers les entreprises, qui pourront ensuite la proposer à leurs collaborateurs. »

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Tags: Auto Mobility