Niels Kowollik (Mercedes-Benz) : « Pas de meilleure alternative aujourd’hui que le plug-in hybride diesel »

Bien avant que le coronavirus ne réduise le marché automobile à bien peu de choses, la rédaction de FLEET avait rencontré Niels Kowollik, CEO de Mercedes-Benz Belux. Voici son avis sur plusieurs éléments intemporels…

A propos du plug-in hybride diesel…

« Nous misons beaucoup sur les plug-in hybrides, y compris les plug-in hybrides diesel. Nous sommes convaincus qu’avec cette gamme, nous pouvons répondre à la fois à la demande du marché et à la législation, qui soutient les voitures de moins de 50 g de CO2. »

(…) « A l’heure actuelle, il n’y a pas de meilleure alternative. Vous pouvez rouler en mode entièrement électrique avec une autonomie allant jusqu’à 100 km. Idéal pour les villes, et pour les longues distances, le diesel est de loin la meilleure option grâce à sa faible consommation. »

(…) « Nous considérons cette technologie hybride diesel à la fois comme une technologie de transition et une technologie d’avenir. Cette technologie n’est pas bon marché, car il faut introduire deux groupes motopropulseurs différents dans la voiture. Vous ne pourrez jamais récupérer cet investissement si vous ne l’exploitez que pendant deux ans. Si l’on évoque un horizon beaucoup plus lointain, les véhicules électriques à batterie auront tant évolué qu’ils pourraient devenir la norme. »

A propos de la vente de véhicules en ligne…

« Ce n’est plus une option ! Dans certains pays nous, la testons déjà et, cette année, nous introduirons notre plateforme de vente en ligne. En tant que modèle de vente, elle fera certainement partie de notre stratégie. Certains clients pensent qu’ils sont suffisamment informés en ligne et veulent acheter le véhicule sans le voir physiquement ni le tester. »

« Cependant, la plateforme aura un caractère interactif avec une fonction de chat. Certaines questions légales doivent encore être réglées. Par exemple, dans la plupart des pays, une signature est encore requise sur un contrat de vente et celle-ci doit être physique. Mais il ne fait aucun doute que cela va se généraliser pour une partie des clients. Nous sommes d’ailleurs ambitieux : d’ici 2025, nous voulons vendre 25 % de nos véhicules en ligne à l’échelle mondiale. »

A propos de la consolidation du réseau de distribution…

« Nous continuons également à croire dans de petites entreprises familiales locales, en particulier dans les régions rurales. Mais nous voulons aussi investir dans les grandes concessions situées à proximité des métropoles : de véritables flagship stores où un service professionnel va de pair avec une expérience de marque premium en showroom. Nous avons besoin de cette diversité afin de servir au mieux les différents profils de clients. »

A propos de ses passions

1. Les livres

« Je lis depuis l’âge de 3 ans et demi et j’ai lu toute ma vie. C’est une passion que je ne peux même pas expliquer, si ce n’est que cela me passionne de lire le plus grand nombre de livres possible. De vrais livres. Donc pas d’e-reader pour moi. J’aime l’odeur des livres, leur toucher. Ma collection compte déjà des milliers de livres, ma femme dit qu’il y en a trop (rires). Je lis tous les jours, de préférence des romans. »

« Nommer des favoris est difficile car il y a tant de sujets qui me parlent. Récemment, j’ai découvert un auteur polonais qui écrit sur la Silésie, la région d’où vient mon père. Ce sont des choses qui me fascinent. Mais c’est surtout la diversité qui m’attire. »

2. La vitesse sur deux roues

« J’ai commencé à rouler à neuf ans, avec une mobylette pour laquelle j’avais économisé et je continue à le faire avec autant de plaisir aujourd’hui. I don’t like it, I love it. C’est pur : vous êtes proche de la nature. Il faut aussi être très conscient des dangers : vous n’avez pas de carrosserie pour vous protéger. Je fais aussi de la compétition, mais à un niveau amateur. Mes temps au tour sont ridicules comparés à ceux des pilotes professionnels, mais je m’en moque. Il s’agit de m’amuser et de repousser mes limites. Freiner 10 mètres plus tard et accélérer 10 mètres plus tôt pour réduire mon temps au tour d’une demi-seconde, là je suis heureux. »

(…) « J’aime le design et l’histoire de la marque Ducati. Et de plus elles roulent sacrément bien. En revanche, le fait qu’Audi soit propriétaire de la marque est un inconvénient ». (Rires)

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !