Peu de feedback sur le comportement des conducteurs de voitures de société

La moitié des conducteurs d’une voiture de société ne reçoit aucun feedback individuel sur son comportement au volant. C’est ce qui ressort d’une étude menée par la haute école UC Leuven-Limburg (à la demande de Drivolution) auprès de 150 entreprises avec un parc automobile de 50 à plus de 500 véhicules.

Ces chiffres ont de quoi surprendre. En effet, la majorité des personnes interrogées semblent convaincus que l’analyse et l’ajustement du comportement au volant des conducteurs peut diminuer le nombre d’accidents, la consommation et les embouteillages.

L’an dernier, 292.743 voitures de société ont été immatriculées en Belgique. Dans la plupart des entreprises, le bénéficiaire d’une voiture de société va chercher sa monture, signe une car policy et peut prendre la route. Sa manière de rouler n’est mesurée pas mesurée dans 45,3% des cas. Seuls 36% reçoivent un feedback, mais quand il est trop tard : c’est que la consommation est anormalement élevée ou qu’il y a eu accident. Pourtant, il est prouvé que l’ajustement du comportement au volant, suite à une analyse, fait baisser le risque d’accident de 19 à 24%.

« Il est nécessaire de suivre le comportement des conducteurs de manière préventive. Le coaching en termes de consommation de carburant permet de diminuer celle-ci de 6 à 8,5% », affirme Jan De Strooper de Drivolution, un centre de formation à la conduite (dans la région de Leuven) qui coache quelque 5.000 conducteurs chaque année.

Les données sont pourtant disponibles

Chaque voiture renferme une ordinateur de bord qui enregistre des données sur le comportement au volant du chauffeur. Malgré tout, 78,4% des entreprises n’envoient pas leurs conducteurs en formation pour analyser et adapter leurs comportements. Dans 61% des cas, même le suivi d’accidents (avec dégâts) ne se fait qu’en interne.

35,3% des personnes interrogées admettent cependant qu’elles devraient y prêter plus d’attention. Le manque de temps est la raison la plus souvent évoquée.

Bonne nouvelle : plus de trois-quarts des entreprises ayant envoyé leurs conducteurs en formation en perçoivent les effets.

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !