Peugeot 3008 Hybrid4 – Long term test

Après six mois, la Peugeot 3008 Hybrid4 a fait son temps à la rédaction de FLEET. Voici venu le moment du verdict final…

Une chose est sûre : cette 3008 Hybrid4 a toutes les qualités de base du modèle propulsé par un moteur atmosphérique… et, en ce qui concerne l’équipement, elle en vaut vraiment la peine. La 3008 Hybrid4 qu’on nous a confiée ne peut être qualifiée de standard, car elle possède quasiment toutes les options disponibles à son bord : toit panoramique, système de navigation, affichage tête-haute, deux  écrans dans les appuie-têtes avec écouteurs bluetooth, système d’info-divertissement avec disque dur, …

Sur le plan de l’équipement, Peugeot propose (bien) davantage que la plupart de ses concurrentes allemandes. Les listes d’options de ces dernières sont effet généralement plus longues et plus chères.

Durant la période de l’essai, l’Hybrid4 a également été prêtée quelques semaines à des clients de sociétés de leasing. Les impressions positives de ces conducteurs rejoignent en grande partie ce que nous avions noté au niveau de la rédaction : espace, nombreux compartiments de rangement, position de conduite surélevée et confortable … Bref, une familiale très pratique.

Hybride diesel

pugMais les remarques que nous émettions déjà dans l’article précédent sur l’hybride diesel : trop bruyant et passage automatique des vitesses trop brusque… reviennent aussi ! Après plusieurs mois au volant, nous nous sommes mis à utiliser de plus en plus les palettes au volant, principal remède au comportement brutal des passages de vitesse. Mais il reste dommage que la technologie proprement dite ne permette pas des transitions plus douces.

La consommation qu’affichait l’Hybrid4 lors de sa première évaluation (voir FLEET 86) est restée au même niveau au cours des trois derniers mois. Le conducteur le plus écologique est parvenu à limiter sa soif à 5,4 l/100 km.

Pour un usage quotidien sur parcours mixte, l’Hybrid4 enregistre tout de même des valeurs comprises entre 6 et 6,4 l/100 km. Selon le constructeur, il serait facile de les réduire d’un litre moyennant un style de conduite adapté. Nous ne remettons pas cela en doute, étant donné que nous obtenons nous-même un résultat de 5,4 litres en pratiquant l’écodriving…

Mais la question demeure : le but d’une nouvelle technologie n’est-il pas précisément d’être plus économique… sans que le conducteur ne doive fournir d’efforts supplémentaires ? Les diesel traditionnels de Peugeot sont en outre devenus tellement économiques, qu’ils mettent un peu en défaut la technologie hybride diesel.

Le principal argument de vente reste néanmoins pour nous les faibles émissions de 99 g de CO2/km, qui permettent à l’hybride diesel de faire nettement mieux que le diesel 2 litres normal (139 g).

Autre élément de la liste “pour” : la possibilité de rouler exclusivement à l’électricité pendant plusieurs kilomètres, une puissance combinée de 200 ch et les quatre roues motrices. Cette dernière fonctionnalité est d’ailleurs également disponible quand les batteries sont complètement plates.

Les roues arrière sont alors propulsées par le moteur diesel via un « détour ». L’explication technique est un peu plus compliquée que ça, mais retenez surtout que le 4×4 est toujours disponible en cas de besoin.

Conclusion

Nous en attendions plus de la part de l’hybride diesel proprement dit sur le plan du confort d’utilisation et de la consommation, mais le bilan est plus ou moins en équilibre grâce aux qualités écologiques, à la puissance supplémentaire et aux roues motrices. C’est ce que vous devez prendre en considération pour débourser entre 5.000 et 7.000 euros supplémentaires …

Plus

  • Équipement/confort royal
  • Possibilité de rouler exclusivement à l’électricité/4×4
  • Puissance totale élevée

Moins

  • Passages de vitesses brutaux
  • Consommation

Philip De Paepe

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Tags: Tests