Philippe Quatennens: « Une voiture électrique : un oui catégorique ! »

Lorsqu’une innovation se présente, deux réactions sont possibles. Soit tenter de la freiner, soit surfer sur les opportunités qu’elle offre. Voyez Nokia. Dans des temps meilleurs, il était le leader incontesté du marché de la téléphonie mobile, jusqu’à ce qu’il estime que les smartphones n’avaient aucun potentiel. On connaît la suite …

Beaucoup de gens ont encore aujourd’hui une attitude négative à l’égard de la plus grande innovation que le monde automobile ait connue au cours des dernières décennies : la voiture électrique. Nous connaissons tous les contre-arguments : trop chères, trop peu d’autonomie, trop de temps de recharge, etc. La plupart de ces arguments sont désormais dépassés. L’offre dans toutes les catégories de prix augmente de jour en jour et il en va de même pour l’autonomie. D’ailleurs, je me suis toujours demandé pourquoi les gens se préoccupaient des temps de recharge … quand on sait que la flotte belge est immobile en moyenne 95 % du temps. Juste pour dire … Et n’oubliez pas qu’à long terme, ces voitures feront partie de la solution en tant que stock-tampon pour l’approvisionnement énergétique grâce à la technologie du vehicle-to-grid. Ou même un « mini-grid », l’énergie excédentaire de votre véhicule électrique étant utilisée pour votre maison.

Je me suis toujours demandé pourquoi les gens se préoccupaient des temps de recharge … quand on sait que la flotte belge est immobile en moyenne 95 % du temps

Mais les EV présentent de nombreux autres avantages. En plus des atouts écologiques évidents, il y a aussi le profit pour nos portefeuilles. Ils nécessitent moins d’entretien que les modèles à moteur thermique et en fonction du nombre de kilomètres parcourus et de l’endroit où vous chargez, vos frais de transport seront réduits d’un tiers, voire de moitié. Et les qualités de conduite sont incomparables : silencieuses et rapides grâce à leur couple instantané.

Par rapport aux voitures de société, bloquer l’EV n’a pas plus de sens. Nous savons tous qu’il sera le seul à être fiscalement déductible à 100 % en 2026. Malheureusement, le gouvernement envisage encore une fois la dégressivité de la déductibilité après cette date. Le Trésor craint la perte de centaines de millions de recettes lorsque la voiture de société ne fera plus le plein, mais rechargera. Pour le moins ironique. Après tout, la voiture de société est présentée depuis des années comme un moyen de transport « subventionné ».

Indépendamment de la discussion politique, de nombreux constructeurs automobiles ont déjà fait le switch. Ils n’investissent plus dans le développement de moteurs à combustion, mais misent pleinement sur l’électrification. Alors pourquoi ne pas opter aujourd’hui pour une technologie qui a clairement le vent en poupe ?

#Auto

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

FLEET Dealers FLEET Sector FLEET.TV TCO
Trending