Poppy : une start-up anversoise d’auto-partage soutenue par D’Ieteren

La nouvelle start-up Poppy proposera dès janvier 2018 un service d’auto-partage en « free floating » à Anvers.

La flotte de véhicules sera composée de Volkswagen e-Golf (100% électriques) et d’Audi A3 g-tron (CNG). Poppy est issue d’une corporate venture entre les entrepreneurs anversois Alexander Van Laer (25 ans) et Moos Tits (29) et D’Ieteren Auto.

Usage versus propriété

Les véhicules Poppy proposés en auto-partage circuleront dans les rues d’Anvers à partir du 1er janvier 2018. Le stationnement de ces véhicules sera organisé selon la méthode du « free floating » et ne se fera donc pas sur des places de stationnement fixes. « Les utilisateurs de Poppy trouveront les véhicules partagés à distance de marche dans le centre d’Anvers et ses environs. Elles pourront être stationnées sur n’importe quelle place de parking public de la ville», explique Alexander Van Laer, co-fondateur et CEO de Poppy.

« De nos jours, la grande majorité des conducteurs possède son propre véhicule sans toutefois l’utiliser au quotidien. Grâce à Poppy, nous offrons la possibilité de disposer d’une voiture en fonction de besoins spécifiques à un moment précis. Le service d’auto-partage Poppy est une solution à la fois pratique et économique», poursuit Alexander Van Laer. « Les utilisateurs de Poppy déverrouilleront la voiture grâce à leur smartphone et paieront un tarif d’utilisation à la minute. Les coûts fixes liés au véhicule tels que le carburant, le parking, l’entretien ou l’assurance font désormais partie du passé. L’économie de partage favorise l’usage du véhicule et non plus sa propriété».

Durant la phase de test qui s’étendra jusqu’à la fin de cette année, la flotte de voitures partagées sera composée de 20 Volkswagen e-Golf (100% électriques) et de 10 Audi A3 g-tron (au CNG ou gaz naturel comprimé). Dès janvier 2018, cette flotte atteindra 350 véhicules dont 200 Volkswagen e-Golf et 150 Audi A3 g-tron.

La ville d’Anvers se réjouit de l’arrivée d’un nouvel acteur sur le marché. « Une voiture individuelle est la plupart du temps en stationnement. Une voiture partagée est, quant à elle, utilisée de manière plus intensive et remplace, en moyenne, entre 5 et 10 voitures individuelles. Réduire le nombre de voitures en ville permet de diminuer l’encombrement des parkings et des routes. Les voitures partagées, en plus d’autres formes de mobilité partagée, jouent un rôle important dans la vision de mobilité que nous avons pour notre ville», indique Koen Kennis, Echevin de la Mobilité.

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !