Pourquoi la flotte de demain sera-t-elle bâtie autour du plug-in hybride…

A l’heure de composer sa flotte, l’entreprise doit plus que jamais miser sur les bons chevaux ! La nouvelle fiscalité automobile et la crise « surprise » du coronavirus interdisent toute improvisation en la matière. Souvent considéré comme le groupe propulseur des prochaines années, l’hybride rechargeable ne cesse de monter en puissance. Voici pourquoi.

Fiscalement attrayant

En début d’année, le cadre fiscal applicable aux voitures de société a connu de nouveaux aménagements. Parmi ceux-ci, l’influence grandissante du taux de CO². Or s’il y a bien un domaine dans lequel se distinguent les plug-in hybrides, c’est celui de l’empreinte carbone… Dans la plupart des cas, cette technologie donne droit à une déductibilité fiscale de 100% et à un ATN avantageux. De quoi récupérer, à terme et largement, le supplément déboursé à l’achat. Pour ça, il importe de choisir un authentique hybride rechargeable, par opposition à ceux qualifiés de « fake » par nos autorités. Retrouvez la liste de ces « faux » hybrides ici

Le tableau ci-dessous montre que la fiscalité plaide souvent en faveur des hybrides rechargeables. Comme vous pouvez le voir dans le tableau ci-dessous, la version la plus avantageuse du Kuga en termes de TCO est en effet la version plug-in hybride.

Future-proof

Qui sait ce que nous réserve l’avenir ? Des éléments repris plus haut il ressort que les voitures essence et diesel sont aujourd’hui plus lourdement taxées que leurs équivalents électrifiés, une tendance qui devrait encore s’accentuer… A ce stade, nous n’avons pas encore évoqué les autres mesures envisagées par nos autorités. On pense par exemple aux Zones « Basses Emissions », qui pourraient à termes devenir des Zones « Zéro Emission ». Dans ce contexte aussi, le choix d’un plug-in hybride vous met à l’abri des évolutions futures. La technologie permet de rallier la ville en utilisant les ressources du moteur thermique pour ensuite la traverser sans rejet local, sur les seules ressources électriques.

Dans l’univers de l’utilitaire léger et des véhicules de livraison, cette problématique du fameux « last mile » est plus prégnante encore… Un dernier kilomètre de préférence parcouru sans empreinte carbone, une promesse que tient d’ores et déjà le Ford Transit Custom PHEV Hybrid. Le modèle est même capable de parcourir jusqu’à 56 km sans émission locale, sur une seule charge. Grâce aux plug-in hybrides, l’avenir ne vous réserve que de bonnes surprises…

Ford Transit Custom PHEV Hybrid

Parfait pour les employés belges

En moyenne, un employé de notre pays parcourt 43 kilomètres en voiture pour se rendre sur son lieu de travail, selon une étude réalisée par la société de ressources humaines SDWorx à la fin de l’année dernière. C’est en fait la distance idéale pour un hybride rechargeable. Par exemple, le Ford Kuga parcourt 56 kilomètres avec une batterie complètement chargée. Une recharge le soir et vous pouvez vous rendre au travail le lendemain sans problème. Mieux encore : faire un aller-retour avec le courant que vous avez chargé gratuitement au boulot : avec un hybride rechargeable, tout est possible. Et pour les longs trajets, comme les traditionnelles vacances annuelles en voiture, vous pouvez toujours compter sur le moteur à combustion. Un plug-in hybride combine donc le meilleur des deux mondes.

Grand choix

Selon divers organismes de recherche, le nombre limité de voitures électriques – en particulier dans les SUV compacts – a limité la croissance des VE ces dernières années. Mais ce problème ne se pose certainement pas pour les PHEV, qui se multiplient dans divers segments populaires. Avec 2020 en année charnière ! Pour ne citer qu’un exemple : d’ici la fin de l’année 2020, 14 nouvelles voitures Ford hybrides et électriques seront disponibles en Belgique, avec un accent particulier sur la première catégorie. Cela inclut le « Mild Hybrid » (MHEV), mais surtout un certain nombre de plug-in hybrides.

Tiens, tant qu’à parler d’hybride, connaissez-vous le mild hybrid ? Pour certains profils d’usager, cette technologie présente des atouts considérables. Les modèles qui s’en réclament disposent d’une petite batterie. Celle-ci se recharge durant les phases de freinage ou de ralentissement et se tient prête à offrir un petit coup de pouce électrique dans les situations où le moteur est le plus sollicité (au démarrage notamment), réduisant d’autant ses consommations.

L’économie de carburant à clé peut osciller entre 10 et 20%. Cette technologie s’adresse à ceux qui n’ont pas accès à une infrastructure de recharge, à ceux qui parcourent de trop longues distances par trajet pour pleinement profiter de l’avantage offert par les PHEV et leur grosses (et lourdes) batteries, ou encore à ceux qui ne souhaitent tout simplement pas investir le supplément réclamé pour ceux-ci. A côté de leurs PHEV, de nombreuses marques déploient désormais une gamme de MHEV. C’est le cas de Ford et de son Kuga, disponible avec les deux types de technologies.

Plaisir de conduire et image positive

Un modèle PHEV dispose de deux moteurs dont la collaboration se déroule désormais sans heurt. L’un des atouts de cette technologie réside dans sa puissance, relativement élevée, surtout ramenée aux émissions de CO². Les PHEV se distinguent dans différents registres de la conduite, notamment en accélérations et en reprises, domaines dans lesquels ils excellent.  Qu’il s’agisse de chevaux-vapeurs ou de newtons-mètres, ces ressources ne sont pas nécessaires en toute circonstance mais le simple fait de savoir que vous pouvez compter sur elles procure un réel sentiment de sérénité. S’insérer dans le flot de la circulation, dépasser, tout cela se fait sans forcer, en toute sécurité. En raison de leurs faibles rejets, les PHEV disposent en outre d’une image positive, image qui rejaillit sur votre entreprise et ses collaborateurs.

La Ford Mustang Mach-E devient le fleuron électrique de la marque américaine.

Le tremplin idéal vers l’électrique

La diffusion de la voiture électrique se heurte encore aux réticences de nombreux travailleurs. On pense à la fameuse “Range anxiety” (ou peur de la batterie vide), comparable à la panne sèche, ou encore à la complexité, souvent surestimée, du processus et du temps de charge. Le passage au PHEV permet d’initier vos conducteurs au maniement des câbles, à l’utilisation d’une borne de recharge, tout cela sans que ne s’insinue chez eux la crainte de ne pouvoir arriver à destination. Pour nombre d’entre eux, il s’agira d’un marchepied idéal vers l’électrique. Peut-être leur prochain choix…

Cet article vous est proposé par Ford Belgium. Pour davantage d’informations sur leur offre fleet, cliquez ici.

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !