Pourquoi les SUV sont-ils à la mode ?

Febiac a fait ses comptes : les SUV représentent aujourd’hui un tiers des voitures neuves en Belgique. « Cela fait des années que les capacités hors-piste réelles des SUV sont passées au second plan pour la plupart des utilisateurs. Une grande majorité de ces voitures sont achetées en deux roues motrices et équipées de pneus de route. C’est leur caractère pratique, leur confort et leur esthétique qui font ‘craquer’ le client. »

Le succès des SUV suscite pas mal de questions. Le mouvement pro-environnement et le lobby anti-automobile reprochent aux constructeurs et aux clients qui choisissent un SUV leur manque de conscience écologique. En effet, les SUV sont à la fois plus lourds et, de par leur hauteur, moins aérodynamiques. Ils consomment donc davantage et émettent plus de CO2.

Deux grammes

Certains vont jusqu’à affirmer que le succès du SUV fait fi de tous les progrès technologiques réalisés ces dernières années et, dans la foulée, plaident pour l’interdiction de ces véhicules.

D’autres clament qu’à lui seul, le succès du SUV empêchera les constructeurs automobiles d’atteindre les objectifs de CO2 pour 2020/2025. Ces propos méritent une analyse et une vérification des faits, selon Febiac qui a effectué des calculs et des simulations à ce sujet.

« Si, par exemple, les SUV représentaient non pas 30 % du marché des véhicules neufs (comme c’est actuellement le cas) mais 15 % (comme il y a cinq ans), les émissions de CO2 moyennes seraient inférieures de 2 grammes à ce qu’elles sont aujourd’hui. Deux grammes, ce n’est pas négligeable, mais ce n’est pas non plus d’une ampleur telle qu’on puisse dire que

  1. ces véhicules réduisent à néant les progrès technologiques et la baisse du CO2,
  2. la réalisation des objectifs d’émissions de CO2 est exclusivement liée au succès du SUV. Notons que cette « perte » de 2 grammes est inférieure à celle provoquée par le glissement que le marché opère actuellement vers les véhicules à essence… »

Une question d’âge ?

FEBIAC signale par ailleurs que le succès du SUV est aussi certainement en rapport avec le vieillissement de la population. « En 2020, 1 automobiliste sur 3 aura plus de 60 ans dans notre pays. C’est précisément le public qui a besoin de pouvoir embarquer et débarquer aisément, et qui y attache énormément d’importance. Aux Pays-Bas, par exemple, 70 % des acheteurs d’un SUV ont plus de 55 ans. Nous ne disposons pas des données pour la Belgique pour des raisons relevant de la protection de la vie privée, mais la tendance n’est guère différente. »