Pourquoi supprimer (temporairement) les valeurs CO2 de votre car policy ?

Si la car policy de votre entreprise édicte une limite en matière de CO2, peut-être est-ce le moment de revoir cette limite à la hausse en prévision des différences affichées (jusqu’à 30% des valeurs actuelles) à cause du WLTP. Certains iront même jusqu’à vous conseiller de les supprimer temporairement. Pourquoi ?

Aujourd’hui, il est très difficile d’encore comparer des véhicules ou modèles au sein d’une même flotte automobile. Car il se peut qu’ils aient été testés différemment. Certains constructeurs ont en effet déjà mis en place la norme WLTP pour leurs nouveaux modèles. D’autres pas encore.

Concrètement, plus on s’approche du 1er septembre 2018, plus il est difficile de garantir une valeur CO2 à la commande. Ce seuil dépendra du moment de production de la voiture.

Sur le même sujet : Comment réagir face au WLTP : les bons conseils de Renta

Tout ce que l’on sait aujourd’hui – et nous l’avons déjà évoqué à de nombreuses reprises -, c’est que le WLTP va engendrer des valeurs (fortement) à la hausse, jusqu’à 30%, par rapport au cycle NEDC.

En plus d’une surveillance des limites CO2 dans votre car policy, veillez aussi à ce que les valeurs utilisées par vos fournisseurs pour vous garantir un calcul fiscal correct soient celles du cycle NEDC. Les marques ayant déjà franchi le pas du WLTP affichent encore deux valeurs : celle du test WLTP et celle du NEDC extrapolé du WLTP (ce que l’on appelle aussi NEDC 2.0 ou NEDC correlated). Il est vrai que ces valeurs NEDC 2.0 ont tendance à déjà être plus élevée que celle du NEDC classique. Mais la différence est (nettement) moindre qu’entre le WLTP et le NEDC que l’on connaît depuis des années…

Tags: Fleet