Tim Blanckaert (Securex), premier FLEET Mobility Manager of the Year

Tim Blanckaert (Securex), FLEET Mobility Manager of the Year 2015
Tim Blanckaert (Securex), FLEET Mobility Manager of the Year 2015

Ce mercredi soir, le magazine FLEET a également remis le tout premier trophée du FLEET Mobility Manager of the Year. L’heureux élu : Tim Blanckaert, gestionnaire de flotte (ou plutôt de mobilité) chez Securex ! Il devance Karel Boussu (Mobistar), Marie Van den Hove (Elia), Peter Van de Velde (KPMG), Frédéric Bastin (Galère) et Erika Vandekerkhove (CGI).

Force est de constater que tant la gestion de flotte que la politique de mobilité du Groupe Securex sont impressionnantes. Et c’est principalement à cet ensemble de mesures que Securex et son responsable de flotte Tim Blanckaert doivent leur victoire. Le parc du Groupe Securex comprend 520 voitures de société  et 400 voitures via un plan cafétéria. En matière de car policy, des efforts importants ont été consentis ces dernières années pour réduire les émissions de CO2. De nouvelles valeurs limites sont régulièrement imposées (125 g actuellement), mais toute la flotte est soumise à une moyenne encore plus basse de 115 g dans la pratique. De plus, Securex investit énormément dans la communication avec ses chauffeurs. Tim Blanckaert explique ce qu’il en est exactement : « Nos chauffeurs disposent d’un environnement en ligne personnalisé. Notre communication s’articule autour de tous les aspects de la car policy, de la voiture, des procédures à suivre et des « scores » du chauffeur. À travers les différentes sociétés de leasing , nous avons créé un environnement uniforme, qui permet à notre chauffeur de retrouver les dernières informations mises à jour. Il peut ainsi voir quelles procédures il doit suivre pour déclarer un accident, signaler une carte carburant défectueuse, demander des pneus hiver,… mais aussi la dernière version de la car policy, le montant de sa cotisation mensuelle pour sa voiture, le moment auquel son contrat actuel arrive à échéance. Chaque fois qu’il y a une modification, un message est publié sur notre portail afin d’informer les chauffeurs. »

Politique de mobilité : une approche globale

Securex a fait de la mobilité une priorité stratégique depuis de nombreuses années. On peut dès lors parler d’une véritable politique de mobilité. Tim Blanckaert : « Les travailleurs ont la possibilité de se voir rembourser tous leurs frais de transports en commun, qu’il s’agisse d’un abonnement ou d’un ticket unique. Ils peuvent également utiliser Blue-bike  pour leurs déplacements à vélo entre le bureau et la gare. En outre, nous avons mis en place une formule qui permet aux travailleurs de Securex de prendre un vélo en leasing, comprenant l’entretien dans toute la Belgique, à un tarif intéressant. Pour les déplacements à vélo entre la maison et le travail, les travailleurs ont droit à l’intervention légale maximum autorisée pour l’indemnité de bicyclette. En outre, toutes les modalités que je viens de citer peuvent être combinées, en fonction du trajet total domicile-lieu de travail. »

En ce qui concerne le lieu d’implantation des bureaux et le télétravail, Securex fait des choix stratégiques. Tim Blanckaert : « Depuis 2008, les possibilités des transports en commun et les infrastructures cyclistes présentes sont des critères importants dans le choix d’un nouveau lieu d’implantation. Je pense, par exemple, à notre projet à Bruxelles. En 2010, ce bureau a déménagé vers un lieu qui est idéalement accessible en train/métro. Depuis 2012, nous menons également une politique approfondie en matière de travail à domicile et de télétravail. Si leur planning le permet, les travailleurs ne doivent plus se rendre au travail ou ils travaillent dans un bureau plus proche de chez eux. Ils peuvent passer des coups de téléphone de partout et ils bénéficient partout des mêmes modalités de téléphonie qu’au bureau. De plus, ils ont la possibilité de mener des réunions virtuelles. Ils peuvent travailler avec plus de flexibilité en termes d’espace, de sorte qu’ils ne doivent plus nécessairement se déplacer pour réaliser leur travail. Chacun dispose ainsi d’un éventail de possibilités pour s’organiser. »

Actuellement, Securex travaille également à la première implémentation d’un budget mobilité, et ce, en collaboration avec VIM. « Une quinzaine de chauffeurs en feront usage pendant un an. Nous avons identifié leur situation individuelle en termes de mobilité et nous élaborerons une solution de mobilité individualisée via le budget disponible par personne (davantage de transports en commun, vélo de pool,…), » explique Tim Blanckaert.

Disponibilité durable

Les travailleurs de Securex ont le choix de ne plus pointer (pointeuse). Ils ne sont donc plus tenus d’être présents au bureau pendant certaines heures, précisément les heures auxquelles tous les autres travailleurs de Belgique doivent se trouver au travail. Ils ont des objectifs axés sur les résultats, qu’ils peuvent atteindre, dans la mesure du possible, quel que soit l’endroit où ils se trouvent.

En se déplaçant moins ou différemment avec la voiture, les travailleurs sont moins stressés par la densité du trafic. Ils peuvent se détendre davantage s’ils se déplacent en transports en commun ou s’ils travaillent à la maison.

Tim Blanckaert résume la situation comme suit : « Securex mise sur la disponibilité durable de ses travailleurs et a aligné sa politique de mobilité à cet égard. En les exposant moins au stress quotidien de la circulation et en leur offrant la possibilité de travailler avec plus de flexibilité en termes d’espace, les travailleurs se sentent plus impliqués au sein de notre entreprise. Securex propose à ses travailleurs un menu de solutions parmi lesquelles ils choisissent eux-mêmes une formule sur mesure pour résoudre leurs problèmes de mobilité. Les travailleurs se voient offrir la possibilité de ne pas devoir aller au bureau et ils peuvent en bénéficier lorsque cela est possible. S’ils doivent néanmoins se déplacer, ils bénéficient d’un éventail d’alternatives pour se rendre au travail. Les chiffres prouvent que cette approche fonctionne. Ces choix stratégiques ont permis de diminuer de 450 000 km les 12 millions de kilomètres parcourus par nos travailleurs. »

 

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !