Déductibilité des voitures de société : quel impact pour les indépendants dès 2018 ?

Vous avez pu découvrir en exclusivité sur FLEET.be le nouveau mode de calcul de la déductibilité des frais de voiture et de carburant à partir de 2020 pour les sociétés. Nous y évoquions aussi une transition phasée pour les indépendants, avec une première étape (importante néanmoins) dès janvier 2018.

Il en est donc fini de la déductibilité forfaitaire à 75 % pour les indépendants. Dès 2020, ils subiront la même charge fiscale sur leur voiture et le carburant que les sociétés, selon la formule 120% – (0,5% X coëfficiënt x CO2/km), avec les modalités et nuances expliquées dans un autre article.

Mais une règle transitoire a été mise en place pour les indépendants dès le 1er janvier 2018. A partir de cette date, les indépendants passeront au régime de paliers actuellement en vigueur pour les sociétés, avec un seuil de déductibilité minimum de 75 % (contre 50 % pour les sociétés). Une bonne affaire (pendant deux ans, du moins) pour les indépendants qui ont une voiture « moins polluante ».

Peu d’impact pour la majorité

Si nous projetons cette règle transitoire en vigueur de 2018 à 2020 au parc de voitures de société des indépendants au 30 juin 2017, on remarque que peu d’indépendants sentiront la différence dans les deux prochaines années. Près de 80 % des indépendants (206.000 sur 260.000) continueront à bénéficier d’une déductibilité de 75 %.

Seul un indépendant sur cinq (21 % exactement) jouira d’une déductibilité majorée. 11 % d’entre eux passeront à une déductibilité de 80 %, 9 % à 90 % et moins d’un pourcent disposeront du régime à 100 % ou 120 % de déductibilité.

 

Voici un aperçu de la situation :

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !