Quels sont les plug-in hybrides qui conserveront un régime fiscal intéressant en 2020 ?

Nous vous l’annoncions : le gouvernement pourrait diminuer le ratio énergétique des voitures plug-in hybrides de 0,6 à 0,5 kWh pour la fiscalité qui entrera en vigueur à partir de 2020. Mais en plus, nous l’évoquions aussi, il ajouterait un seuil de 50 g de CO2 pour bénéficier d’un régime fiscal avantageux. Voici donc, dans l’état actuel des choses, les voitures qui atteindront ces seuils et celles qui ne les atteindront pas/plus.

En plus des Mitsubishi Outlander, Kia Optima SW PHEV et Audi Q7 e-tron, d’autres voitures pourront également bénéficier d’un régime fiscal intéressant à partir du 1/1/2020. Il s’agit des Audi A3 e-tron, BMW 530e iPerformance, Hyundai Ioniq PHEV, Kia Niro PHEV, Kia Optima (berline) PHEV, Toyota Prius PHEV, Volkswagen Golf GTE Volkswagen Passat GTE, Volvo V60, Volvo V90 et Volvo S90.

Deux autres modèles atteignent le ratio de 0,5 kWh : la Porsche Panamera 4 E-Hybrid et le Range Rover Sport PHEV. Néanmoins, leurs rejets de CO2 dépassant la limite des 50 g/km (respectivement 56 g et 64 g), ils n’entrent pas en lice (pour l’instant, du moins) pour continuer à bénéficier d’un statut fiscal intéressant au-delà de 2020.

Pourquoi « pour l’instant » ? Simplement parce que cette mesure doit encore être votée à la Commission des Finances, puis à la Chambre, pour une parution au Moniteur belge avant le 1/1/2018. Il se pourrait donc encore que nous soyons amenés à reprendre nos calculettes…

Si, malgré tout, cette Panamera, ce Range Rover Sport ou tout autre plug-in hybride ne figurant pas en pole position pour une fiscalité attractive vous intéressent, il existe encore une solution pour réaliser votre rêve tout en bénéficiant d’un régime favorable : vous rendre en concession et commander ce véhicule d’ici le 31 décembre 2017 inclus. Le bon de commande (ou le contrat de leasing) fera foi.

En d’autres mots : les plug-in hybrides commandés d’ici le 31 décembre 2017 seront soumis à la nouvelle formule (dès le 1/1/2020), à savoir 120% – (0,5%*0,95*CO2) pour les hybrides essence et 120% – (0,5%*CO2) pour les hybrides diesel, avec la valeur CO2 indiquée par le constructeur, engendrant encore un régime fiscal assez intéressant.

S’ils sont commandés à partir du 1/1/2018, ils seront soumis à cette même formule dès 2020, mais avec

  • la valeur CO2 de la version non-PHEV
  • ou, à défaut de version non-PHEV, la valeur CO2 multipliée par 2,5.