Nouvelle BMW Série 5 : plus de 50% des clients fleet choisissent le plug-in hybride

Ce mercredi matin, BMW a présenté sa Série 5 rajeunie lors d’une conférence de presse en ligne – c’est comme ça aujourd’hui. Davantage de technologie (connectée), davantage de technologie hybride et, bien sûr, de nouveaux détails de conception : voilà comment résumer les améliorations apportées au vaisseau amiral bavarois à mi-parcours de son cycle de vie.

BMW signe une nouvelle Série 5 tous les sept ans en moyenne. Et cette génération date de 2017. Il est donc temps de rafraîchir (un peu) les cadres. En termes de design, le constructeur allemand opte pour encore plus de « gueule » avec des reins plus grands et plus larges comme la grille avant. De conception nouvelle, les unités de phares (LED) peuvent être équipées en option de la technologie matricielle. A l’arrière, c’est variation autour d’un même thème, avec des feux également redessinées.

À l’intérieur, BMW évite les innovations majeures. L’écran d’info-divertissement de 10,25 pouces, légèrement redessiné, est toujours standard, mais vous pouvez en commander un plus grand de 12,3 pouces. Sur le plan fonctionnel, nous notons l’assistance personnelle BMW qui est maintenant standard, ainsi que la fonction de navigation BMW Maps, qui est d’ailleurs basée sur le cloud et donc toujours à jour. Le système d’info-divertissement fonctionne désormais aussi avec Android Auto et Apple Carplay en standard. Il existe également des fonctions de connectivité utiles telles qu’une fonction de recherche de places de parking vides.

Plug-in hybride

BMW opte aujourd’hui non pas pour la technologie tout électrique mais pour la technologie hybride rechargeable. Les Munichois nous réservent trois plug-in hybrides : la 530e berline (avec ou sans xDrive) que nous connaissions déjà, et désormais aussi en version Touring.

Ces systèmes ont une puissance de 292 ch et une portée électrique d’environ 60 kilomètres. Plus tard, ils seront rejoints par la 545e xDrive, qui n’existe qu’en berline.

En outre, ces modèles auront également une fonction eDrive Zone, qui nous a déjà été présentée dans le X5 45e. Cela permet à la voiture de passer automatiquement à la propulsion entièrement électrique lorsqu’elle entre dans une zone « zéro émission ». Le système fonctionne indépendamment des infrastructures publiques (c’est-à-dire sans signaux), mais sur la base de la cartographie effectuée par BMW via le GPS. Toutefois, la marque collabore avec les communes pour définir les limites des zones aussi précisément que possible.

Tous les autres moteurs à combustion interne à quatre et six cylindres sont couplés au système d’hybridation légère bien connu de 48 volts afin de réduire les émissions et la consommation.

Pas d’hybride diesel car…

Alors que le concurrent Mercedes-Benz choisit la combinaison diesel-électrique, BMW continue à préférer le mix essence-électrique.

Peter Henrich, Senior Vice President BMW Product Management, s’en est expliqué : « Nous basons les hybrides rechargeables sur des profils d’utilisateurs qui couvrent principalement des distances courtes à moyennes, par exemple pour les trajets domicile-travail. Pour ce type d’utilisateur, nous considérons que la combinaison de technologies essence-électricité est la plus efficace, également en termes d’émissions. Si vous parcourez vraiment beaucoup de kilomètres, vous pouvez toujours choisir les diesels modernes, qui sont également les meilleurs en termes d’émissions et de rendement ».

Interrogé sur le mix entre diesel et les hybrides rechargeables sur le marché fleet belge, M. Henrich répond comme suit : « La fiscalité a un impact majeur sur ce ratio. En Belgique, l’intérêt pour la technologie est dicté par la fiscalité basée sur le CO2. Plus que dans la plupart des autres pays, d’ailleurs. Sur certains modèles, le mix diesel-hybride plug-in est déjà de 50% aujourd’hui. Et pour cette Série 5, ça va sûrement augmenter dans le futur ».

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !