Les 10 projets de Carlo Di Antonio pour optimaliser le trafic sur les routes wallonnes

Ce lundi matin, le Ministre wallon des Travaux publics et de la Mobilité Carlo Di Antonio, la Sofico, ainsi que la DGO1 du Service public de Wallonie ont présenté le Plan stratégique ITS (système de transport intelligent) qui équipera prochainement les autoroutes et principales nationales wallonnes.

Ce Plan ITS, qui représente un budget de 166 millions d’euros hors TVA financé par la Sofico, tient en dix points :

  1. PEREX 4.0 routier

Mise en œuvre d’un système informatique de supervision et d’aide à la gestion du trafic, permettant :

  • L’importation de toutes les données des acteurs internes, enrichies par les données des acteurs externes ;
  • La visualisation de l’état du réseau par le gestionnaire de trafic ;
  • D’agir, gérer et informer les usagers.

Une première version de ce projet devrait être mise en place en décembre 2018 (coût : 4,260 millions).

  1. Applications mobiles

Développement d’applications web ou smartphones pour les usagers :

  • Appel SOS (remplacement des bornes de secours) ;
  • Informer les usagers sur l’état du trafic, les chantiers…
  • Géolocalisation des patrouilles ;
  • Webradio : diffusion de flux audio personnalisés et contextualisés au tronçon routier dans lequel circule le conducteur du véhicule.

L’objectif sera d’interagir directement avec les usagers avant et pendant les trajets en leur communiquant une information fiable et personnalisée.

Ce point est également prévu pour décembre 2018 (coût : 1,640 millions).

  1. Feux tricolores

  • Remplacement des feux de signalisation (LED) ;
  • Mise en place d’un système pilotable depuis le centre PEREX 4.0 et assurant :
    • La gestion et le pilotage des feux tricolores
    • L’optimisation des plans de feux pour fluidifier le trafic
    • La transmission de données à PEREX 4.0 (comptages issus des capteurs de feux, défauts d’équipements etc…)
  • Mise en place d’un système intelligent permettant un dialogue avec les véhicules connectés.

L’objectif sera de fluidifier la circulation en optimisant les cycles de feux des carrefours.

Ces feux tricolores devraient être mis en place en décembre 2019 (coût : 18,850 millions).

  1. Véhicules connectés

Mise en place d’une infrastructure capable d’interagir avec les véhicules connectés (C-Roads). Cette infrastructure est composée :

o   D’un système « cloud », interfacé avec les constructeurs, qui gère les échanges avec les véhicules/usagers et analyse les données collectées

o   D’une application mobile pour la communication avec les usagers

o   D’Unités de Bord de Route à déployer sur le réseau pour opérer les transmissions de données entre les véhicules et le système.

L’objectif sera d’interagir directement avec les véhicules et de mieux détecter les événements en temps réel pour mieux informer les usagers.

Cette infrastructure devrait voir le jour en décembre 2018 (coût : 1,2 million).

  1. Covoiturage

Mise en place de projets pilotes pour tester la mise à disposition d’une voie (BAU) dédiée au covoiturage :

  • Panneaux de signalisation adaptés ;
  • Mise en place de systèmes de détection de la conformité des véhicules (radar infrarouge pour le nombre d’occupants + caméras pour la lecture des plaques d’immatriculation) ;
  • Panneaux pédagogiques à messages personnalisés pour les véhicules qui ne covoiturent pas ;
  • Système de coordination.

Les deux projets pilotes seront situés sur l’A4/E411 entre Wavre et Bruxelles et entre Arlon et Sterpenich.

L’objectif sera de réduire les congestions en favorisant le covoiturage pour limiter le nombre de véhicules.

Ces projets seront mis en oeuvre en septembre 2018 (coût : 2,810 millions).

  1. Pesage dynamique poids lourds

  • Mise en place de 6 stations de pesage poids lourds supplémentaires sur le réseau ;
  • Mise en place d’un système de collecte et de traitement des données interfacé avec PEREX.

 L’objectif sera de détecter les poids lourds en surcharge et de gérer leur prise en charge.

Probablement mis en service en décembre 2018, ce pesage dynamique des PL coûtera quelque 11,660 millions d’euros.

  1. Vidéos

Mise en place de caméras DAI (détection automatique d’incident) et autres :

  • Géolocalisation des accidents ;
  • Enregistrement d’une photo/vidéo de l’incident au moment de la détection ;
  • Reconnaissance automatique des plaques TMD (transport de matière dangereuse) ;
  • Détection des poids lourds stationnés en bande d’arrêt d’urgence près des aires autoroutières ;
  • Surveillance des parkings autoroutiers par la police.

L’objectif sera de détecter plus rapidement les événements et d’avoir une meilleure connaissance du réseau et de certaines infrastructures.

Mise en service estimée en décembre 2018 (coût : 9,840 millions).

  1. Panneaux à messages variables

Rénovation et installations de nouveaux panneaux à messages variables (PMV) intégrant les nouvelles fonctions de :

  • Affichage de la disponibilité des parkings ;
  • Interdiction de dépassement des poids lourds ;
  • Modulation de la vitesse ;
  • Signaux d’affectation des voies ;
  • Avertissements d’incident ;
  • Temps de parcours.

L’objectif sera d’augmenter la sécurité ainsi que le confort des usagers et de retarder la formation de congestions.

La première phase de ce plan devrait être effectuée en décembre 2018 pour un coût de 25,180 millions.

  1. Comptage

  • Rénovation des points de comptage existants et ajouts de nouveaux points
  • Collecte et traitement d’informations de FCD (floating car data) et FMB (floating mobile data) via d’autres sources et de données internes
  • Mise à disposition d’une information précise et fiable, constamment mise à jour, sur la disponibilité des emplacements poids lourds dans les aires de stationnement

Mise en service estimée en décembre 2018 (5,850 millions)

  1. Météo

Rénovation des stations météos existantes intégrant la thermographie, interfaçage prévu avec PEREX 4.0.

L’objectif est d’augmenter le périmètre et la fiabilité des prévisions météorologiques pour optimiser le service d’hiver et l’entretien des routes.

Mise en service estimée : décembre 2018.  Coût : 2 070 000 €.

 

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !