Ivo Lauwereyns (Volkswagen) : « Le cycle WLTP ? Nous sommes assez confiants ! »

Le directeur de Volkswagen n’est pas homme à accorder beaucoup d’interviews. Il a néanmoins fait une exception pour FLEET.

Les clients ont-ils déjà oublié le Dieselgate ? Cela a quand même dû nuire à la notoriété de la marque ?

Soyons clairs : nous avons également été victimes de ce scandale. Nous ne fabriquons pas ces voitures. Nous les importons.

En tant qu’importateur, nous avons rempli notre rôle, à savoir communiquer clairement et honnêtement avec le client et mettre très vite tous ces véhicules en conformité avec les bonnes normes. Un défi que nous avons relevé avec brio, grâce notamment à nos distributeurs. Je pense que le client a apprécié.

Il n’en reste pas moins que le scandale a créé un contexte qui a favorisé le recul des ventes de diesel. Une bonne chose selon vous ?

Quand il lit la presse, le client n’ose même plus envisager d’acheter un diesel. Il ne se rend pas compte que les diesel répondant à la norme Euro 6 sont ‘propres’. Le monde politique a adopté un discours anti-diesel et prône le passage à l’essence et à l’électrique. J’ai l’impression qu’en la matière, ils multiplient les initiatives sans disposer d’une connaissance technique approfondie du dossier. Je suis d’accord pour dire que les anciens diesel posent problème. Mais aujourd’hui, l’opinion publique met tous les diesel dans le même sac, même les plus modernes. Alors que ça reste le moteur le plus indiqué pour toute personne appelée à parcourir beaucoup de kilomètres.

Loin de nous l’idée de promouvoir le diesel envers et contre tout. Il existe des ambitions très louables de réduire le CO2. Mais cela ne se fera pas en passant massivement à l’essence. A moyen terme, le diesel moderne reste une option indispensable. Aujourd’hui, on écrit tout et n’importe quoi. Les informations sont trop souvent inexactes ou incomplètes. Or, tout ce que veulent les clients, c’est connaître l’impact fiscal dans les années suivant leur achat ou leur leasing.

La saga WLTP n’aide pas vraiment non plus dans ce contexte. Les clients business ont-ils des questions à ce sujet ou attendent-ils pour conclure un achat ou souscrire un contrat de leasing ?

Chez nous, cela se passe plutôt bien. Au cours du premier semestre, nous avons observé une croissance sur le marché particulier comme sur le marché B2B. On note toutefois une certaine inquiétude parmi les gestionnaires de flotte quant à ce qui va se passer après 2020.

En attendant, nous avons reçu l’assurance des pouvoirs publics que la norme NEDC 2.0 continuera à servir de base de calcul. Quant à ce qui va se passer après… Nul ne le sait.

Côté produit, les usines allemandes laissent entendre que les valeurs WLTP des nouveaux modèles seront bonnes, voire très bonnes. Nous sommes donc assez confiants.

Découvrez la totalité de l’interview dans le prochain magazine FLEET, à paraître fin septembre. Pour recevoir le magazine FLEET gratuitement, inscrivez-vous ici !

#Auto #Fleet Management

Inscrivez-vous maintenant à FLOW, l’e-letter hebdomadaire de FLEET.be !

Selected FLEET Dealers

Cette liste ne comprend que les clients de FLEET Dealers. Si vous souhaitez également être repris dans cette liste, veuillez contacter Patrick Quatennens (patrick.quatennens@effectivemedia.be / 0478 22 23 33) ou Chloé Vanden Wyngaerdt (chloe.vandenwyngaerdt@effectivemedia.be / 0472 80 26 25)

Jennes 3190 Boortmeerbeek
Michael Mazuin Namur Ouest 5070 Fosses-la-ville
FLEET Dealers FLEET Sector FLEET.TV TCO
Trending