Partena Professional : 25% des Belges prêts à changer de job à cause des trajets

Bien que la distance moyenne parcourue entre le domicile et le lieu de travail reste la même depuis cinq ans, beaucoup de Belges pensent à travailler plus près de chez eux et sont même prêts à abandonner une partie de leur salaire pour cela. C’est ce qui ressort du Baromètre de Partena Professional sur le temps de trajet des Belges entre leur domicile et leur travail.

Aujourd’hui, les chiffres de Partena Professional (1) indiquent que la distance moyenne parcourue entre le domicile et le lieu de travail du Belge est de 21 km. Et c’est le cas depuis 2013. Selon les résultats du Baromètre de Partena Professionnal, un travailleur belge sur dix effectue un trajet simple de plus d’une heure pour se rendre au travail. 40% des Belges ont un trajet de plus de 30 minutes et un peu plus de deux travailleurs sur dix parcourent moins de 15 minutes.

Toujours selon les chiffres de Partena Professional, les plus grands navetteurs sont les Limbourgeois avec une moyenne de 43 km par jour, suivis des habitants de Flandre Occidentale avec 31 km et des Namurois qui arrivent en 3ème place avec une moyenne de 28 km. C’est sans surprise que les Bruxellois travaillent plus près de leur domicile avec une moyenne de 8 km de trajet.

Les Bruxellois sont également les travailleurs les moins mobiles avec les Luxembourgeois : 87% d’entre eux et 87% des Luxembourgeois travaillent dans leur propre région. Suivent ensuite de très près les Liégeois dont 86% travaillent dans la région de Liège. Au contraire des travailleurs de Flandre Occidentale qui ont davantage tendance à chercher un travail à l’extérieur de leur province, seuls 35% d’entre eux travaillent dans la région.

Les sacrifices d’une travail plus proche

Selon les résultats du Baromètre de Partena Professional, plus d’un quart des travailleurs belges (26 %) trouvent qu’ils habitent loin de leur lieu de travail, et ce chiffre monte à 84,3% pour ceux qui effectuent un trajet de plus d’une heure. 1 Belge sur 4 est même prêt à changer de travail pour réduire son temps de trajet. Et c’est d’autant plus le cas pour les jeunes, 32% d’entre eux changeraient de travail pour diminuer la distance parcourue chaque jour, contre 26% des 35-55 ans et 15% des 55 ans et plus.

16% de ces Belges seraient également prêts à sacrifier une partie de leur salaire pour avoir un job plus proche à hauteur de 129€ net en moyenne. Pour ceux qui réalisent un trajet de plus d’une heure, le montant atteint 177€. « Les résultats de cette étude donne une vision claire aux employeurs de ce que pensent les Belges en matière de temps de trajet aujourd’hui. Bien que le travailleur belge continue de faire les trajets, nous sommes clairement à un tournant où un certain nombre de Belges envisagent sérieusement de travailler plus près de chez eux. Et c’est surtout le cas pour les jeunes qui souhaitent faire mieux que leurs parents sur le plan de l’équilibre vie privée-vie professionnelle. Un appel clair pour les entreprises qui veulent continuer à attirer de nouveaux talents et en particulier les jeunes» explique Wim Demey, Customer Intelligence Manager chez Partena Professional.

(1) Cette analyse a été effectuée sur base des historiques de salaires de Partena Professional de 94.274 travailleurs entre 2013 et 2018.